La guerre vue par un enfant de 8 ans, et la famille au pluriel

Couvertures de "Familles" de Georgette et de "J'ai vu un magnifique oiseau" de Michal Skibinski et Ala Bankroft
Couvertures de "Familles" de Georgette et de "J'ai vu un magnifique oiseau" de Michal Skibinski et Ala Bankroft © Didier Jeunesse/Albin Michel jeunesse

"J'ai vu un magnifique oiseau", de Michal Skibinski et Ala Bankroft

Nous sommes en été 1939, aux côtés de Michał, 8 ans, qui passe ses vacances à la campagne près de Varsovie. 

Le garçon tient un cahier de vacances, un journal, alors que la guerre ne tarde pas à éclater :

15 juillet 1939 : Je suis allé au ruisseau avec mon frère et notre gouvernante. "

Les observations ont parfois une tonalité légère : 

28 juillet 1939 : J'ai vu un magnifique oiseau." 

Quand à d'autres moments, l'heure est plus grave :

31 juillet 1939 : À Anin, j'ai vu un avion tirer un planeur." 

Dans la tête d'un enfant de 8 ans, une journée est marquée par un plaisir simple :

23 août 1939 : J'ai mangé une glace au salon de thé." 

Elle est marquée par les retrouvailles avec un visage aimé : 

29 août 1939 : Papa est venu me rendre visite." 

Sans savoir que cette visite sera alors la dernière. 

Les extraits du carnet d'un enfant de 8 ans sont authentiques. C'est bel et bien le devoir de vacances de Michal Skibinski en 1939, alors qu'il était petit garçon et vivait dans un quartier de Varsovie, en Pologne. 

Pour améliorer son orthographe et son écriture, il devait écrire quotidiennement une phrase sur un événement de sa journée. Mais si les anecdotes sont plutôt légères au début, la menace de la guerre contre l'Allemagne gronde, et c'est à travers les mots d'un enfant polonais qu'elle est ici racontée. 

"J'ai vu un magnifique oiseau", de Michal Skibinski et Ala Bankroft, Editions Albin Michel Jeunesse / A partir de 6 ans 

"Familles", de Georgette

Familles au pluriel où comment simplement, efficacement sensibiliser les petits à la notion de famille.

Une famille c’est comme un nid, comme un terrier. On s’y sent protégé et aimé."

Une famille, c'est une mère, un père et deux enfants. Parfois, une famille c’est juste deux.

Mais une famille ça peut être aussi avec deux papas, ou bien avec deux mamans. 

Simplicité des images et sobriété du texte, presque factuel, cela ajoute à l’efficacité du message porté. Et ce petit album nous dit qu’il n’existe pas de bons ni de mauvais modèles. Il n’existe pas une famille, mais des familles.

Phrase finale :

L’important pour une famille c’est d’y mettre beaucoup d’amour." 

Images faussement naïves, ressemblant à des playmobils, finalement très expressives et riches de jeux de transparences.

Marqueur de notre époque, un éventail où tous les enfants peuvent se retrouver.

"Familles", de Georgette,  Editions Didier Jeunesse / Pour les 2-5 ans

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.