Entre tendresse, émerveillement et mélancolie, « 100 ans, Tout ce que tu apprendras dans la vie » déroule le fil universel des émotions qui cadencent l'existence à mesure que chaque page est tournée.

100 ans d'émotions
100 ans d'émotions © Getty / Renate Bendika / EyeEm

100 ans, Tout ce que tu apprendras dans la vie, d'Heike Faller et Valerio Vidali, une co-édition Le Seuil et les éditions du Sous-sol, à partir de 5 ans et sans restriction d'âge ! 

Qu'est-ce qui marque le début d'une existence ? 

0 : Tu souris, pour la première fois de ta vie. Et les autres te renvoient ton sourire.

L'épopée universelle de la vie commence alors, d'abord sur fond de confrontation avec la gravité... et de premières inquiétudes.

1 ½ : Tu apprends que lorsque ta mère s'en va, elle revient. La confiance, c'est ça.

Les premières années sont propices la découverte de soi, de son corps, de ses sens. Ce sont celles où l'on développe également ses propres goûts. Puis, lorsque l'on a fini de faire le tour de soi-même, vient la découverte, plus déroutante, de l'autre, et des sentiments que l'on peut éprouver envers lui. Et quand l'apprivoisement de ces drôles de bêtes que sont les êtres qui nous entourent est terminée, la routine peut tranquillement s'installer.

6 : Tu apprends à te lever à sept heures. Désormais tu vas à l'école...

Est-ce que le temps passe ? Difficile de s'en rendre compte autrement qu'en soufflant ses bougies chaque année. L'avenir est finalement une notion très abstraite pendant l'enfance, c'est un truc de grand. Seul le présent importe, et avec lui, la confiance en soi qui naît et se fortifie : 

12 : Il y a tant de choses que tu sais déjà mieux faire que tes parents. 

Pourtant, progressivement, l'intérêt pour soi et pour ce qui fait son unité est mis à mal par la comparaison.

14 : Tu apprends à être comme tout le monde (et tu n'y arrives pas toujours). 

Mais l'envie de ne faire qu'un peut prendre d'autres allures en grandissant :

17 : Quelque chose d'incroyable s'est produit : tu découvres l'amour. 

Aux portes de l'âge adulte, les découvertes s'enchaînent, tantôt existentielles, tantôt pragmatiques,  et parfois très inattendues :

18 : Autre chose incroyable : voilà que tu aimes le café !

L'enfance finit alors par devenir un cocon trop étroit pour combler la soif d'émancipation et d'ambition qui anime la vingtaine. Pourtant, malgré l'envie d'indépendance, certains repères demeurent précieux :

28 : Quand tu repars, elle te donne un pot de confiture de mûres maison.

Et le désir de construire ses propres repères à soi est grandissant, en créant sa propre famille par exemple : 

34 : Maintenant tu es un adulte. 

Mais à condition de conserver sa légèreté d'être :

35 : Ou bien peut-être pas.

Ce qui est sûr, c'est qu'en ayant découvert à quel point il faut parfois l'offrir aux autres, le temps paraît de plus en plus précieux.

43 : Tu as appris à prendre du temps pour toi. 

Et la reconnaissance de celui qui nous a été dédié se révèle à soi comme une évidence.

51 : Tu acceptes tes parents tels qu'ils sont. 

En revanche, si certaines révélations permet d'ouvrir les yeux sur celles et ceux qui nous entourent, la routine, elle, est devenue un piège dans lequel la conscience ne voit plus la beauté de son environnement.

56 : Tu t'es habitué au monde. Souvent tu ne fais même pas attention à la Lune. 

En un instant une décennie laisse alors place à une nouvelle. Pourtant, le sentiment d'être resté le même depuis tout ce temps est manifeste :

60 : Te voilà à soixante ans, mais tu ne te sens pas aussi vieux que les sexagénaires que tu voyais dans la rue quand tu étais petit.

L'esprit s'anime d'une irrésistible envie d'un retour aux sources. La nostalgie donne des ailes : elle pousse à se fixer de nouveaux objectifs :

67 : Peut-être pars-tu à la découverte du monde.

Mais ces objectifs ne sont pas forcément les plus fous, et peuvent aussi être ceux à portée de main :

68 : Ou à la découverte de ton jardin ?

Même très personnels :

70 : Comme tu te connais peu toi-même ! Il arrive que tu doives attendre de faire quelque chose pour savoir que ça te plaît. 

Enfin, ces objectifs prennent parfois le contre-pied du concept même d'apprentissage. 

75 : Tu apprends à désapprendre les choses. Tu sais encore faire une galipette ?

Mais jamais il n'est question de reculer. La vie est une progression dans le temps, quel que soit l'âge, quoi qu'il arrive, dans les meilleurs moments comme dans les plus douloureux :

80 : Maintenant que tu sens que tu n'es pas éternel, tu vis plus dans le présent. 

L'ancienneté offre même de nouvelles perspectives, toujours plus optimistes :

81 : Et si l'on ne comptait pas ton âge en années, mais en moments où tu as pris du plaisir ?

L'expérience devient alors synonyme de questionnement. D'abord pour les autres :

97 : Les gens te demandent toutes sortes de choses. Ce que t'a apporté la vie, par exemple. 

Mais aussi et avant tout pour soi, pour être heureux :

99 : As-tu appris quoi ce que soit dans la vie ?

Couverture de "100 ans : tout ce que tu apprendras dans la vie" d'Heike Faller, et Valeria Vidali
Couverture de "100 ans : tout ce que tu apprendras dans la vie" d'Heike Faller, et Valeria Vidali / Editions du sous-sol/Seuil

100 ans, Tout ce que tu apprendras dans la vie fait partie de ces œuvres rares qui réunissent et qui consolident les liens entre les générations. Le livre transcende son rôle premier de divertissement pour capturer avec une perspicacité prodigieuse l'essence même de la vie. Rien que ça ! Il en résulte un moment de lecture aux allures de déflagration émotionnelle, où chacun, quelque soit son origine, son âge et son parcours de vie, se reconnaît dans son passé, son présent, son avenir peut-être, quand il n'y reconnaît pas son entourage.

Entre tendresse, émerveillement et mélancolie, « 100 ans, Tout ce que tu apprendras dans la vie » déroule le fil universel des émotions qui cadencent l'existence à mesure que chaque page est tournée. Dans un rythme d'une féroce efficacité, et par un habile principe d'échos dans le texte et l'illustration, le livre esquisse un sourire et attendrit dans sa capacité à démontrer la nature cyclique du temps, le fameux cycle de la vie. Il valorise la progression, l'optimisme, malgré son spleen passager, et rééduque le regard pour qu'il apprenne à contempler le chemin parcouru et la beauté de celui qui lui reste à découvrir.

Fabuleuse est la délicatesse des illustrations, qui se montrent complémentaires avec le texte dans leur capacité à saisir un moment de vie qui paraît anecdotique mais qui est pourtant partagé par toute l'humanité. Leur représentation allie abstraction et métaphore, pour mieux en souligner leur universalité, laissant l'imaginaire y plaquer sa propre expérience. 

100 ans, Tout ce que tu apprendras dans la vie a de quoi réjouir : il s'offre à n'importe lequel de ses proches, à soi aussi, pour une naissance, pour un anniversaire ou à Noël, ou même, encore mieux, sans attendre un événement quelconque. C'est un livre précieux qui unit, qui prône la compréhension, l'acceptation de soi et des autres, qui combat l'humeur maussade, et qui invite à s'émerveiller sur la condition humaine même quand le dénouement de celle-ci tend à affliger. Alors même si ce livre va sans doute humidifier vos yeux, promis, ça ne sera pas de chagrin !

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.