Un pirate sans scrupule, tout ce qu’il peut, il le dérobe et s'en empare : un collier d’une sirène, quelques pièces d’un pêcheur, ou encore le bateau et l’équipage d’un capitaine. et Un éléphant sans oreilles...

Couvertures de "Le pirate de cœur", de Sébastien Pérez et Justine Brax et de "Igor, jamais sans mes oreilles", de Nicolas Morlet et Cati Baur
Couvertures de "Le pirate de cœur", de Sébastien Pérez et Justine Brax et de "Igor, jamais sans mes oreilles", de Nicolas Morlet et Cati Baur © Editions Albin Michel et Little Urban

"Le pirate de cœur", de Sébastien Pérez et Justine Brax

Si vous étiez enfant, ayant grandi dans une famille de pirates, avec un arrière-grand-père pirate, un grand-père pirate, un père pirate...que deviendriez-vous ? Un pirate bien-sûr! 

Alors, Louis prend seul sa barque et navigue, loin sur les mers. 

Tout ce qu’il peut, il le dérobe et s'en empare : un collier d’une sirène, quelques pièces d’un pêcheur, ou encore le bateau et l’équipage d’un capitaine.

Mais il ne se sent pas toujours bien glorieux après avoir volé des miséreux ou une sirène inoffensive. 

À chaque larcin, tandis que son nom et ses aventures se font connaître et que sa réputation d’écumeur des mers s’étend, son cœur reste serré, fermé, endurci... Jusqu’au jour où sa route croise celle d’un pauvre gosse, démuni, dans sa barcasse minable. 

Le pirate de cœur, de Sébastien Pérez et Justine Brax, Editions Albin Michel / Pour les 6-9 ans

"Igor, jamais sans mes oreilles", de Nicolas Morlet et Cati Baur

Igor est un éléphant, et c'est surtout un virtuose reconnu à travers le monde entier : sans doute le plus grand pianiste de l'univers car il possède une finesse d'oreille exceptionnelle.

Avec son imprésario, Doris, ils s'apprêtent à partir en tournée avec Pékin pour première escale.

Vedette ou pas vedette (...) on ne rentre pas dans l'avion avec de si grandes oreilles."

Cette interdiction claire et sans appel à l'aéroport le contrarie quelque peu :

JAMAIS SANS MES OREILLES !"

Mais il n'a pas le choix, ses deux belles oreilles sont ôtées de sa tête et partent en direction de la soute. 

Igor avait toutefois raison d'être inquiet puisqu'à son arrivée en Chine, il découvre qu'elles ne l'ont pas suivi.

Par chance, ses admirateurs en Chine lui ont fabriqué des oreilles en papier de soie, mais elles ne sont pas à la hauteur des siennes.

C'en est trop !

Malgré chaque paire d'oreilles généreusement offertes dans chacun des pays visités, le virtuose, chagriné, décide de tout abandonner.

Igor prend le train, et arrive assez vite au bout du monde, c'est-à-dire chez lui. Il est bien content de revoir ses vieux parents !

Igor, Jamais sans mes oreilles, de Nicolas Morlet et Cati Baur, Little Urban / A partir de 3 ans

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.