Cette semaine, on s'amuse avec les rimes, et on célèbre la force des arbres !

Couvertures des deux livres
Couvertures des deux livres

"Dans la forêt rouge" de Chelsea Mortenson & Jen Rice

A partir de 7 ans, Editions La ville brûle.

"Les racines des arbres puisent dans l'histoire leur origine, nos origines. Les arbres ont beaucoup à transmettre de leur présence. On dit qu'ils n'oublient rien, qu'ils n'oublient jamais ce qui leur est arrivé, et que leurs histoires sont là pour toujours. Pourtant, cette transmission n'est pas le cadeau de tous.

Dans la forêt rouge, les arbres ont perdu la mémoire. Ils s'y reposent et s'adonnent à une rêverie inconsciemment insouciante. 

Sauf un petit arbre nommé Sosna". 

Derrière cette atmosphère de conte hors du temps menés par des personnages à la fois étranges et attachants, il y a le récit de l'héritage légué à la nature par l'explosion du réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl

C'est donc par le papier que la journaliste Jen Rice et l'artiste plasticienne Chelsea Mortenson donnent une voix à ces arbres contaminés et à la nature atrophiée qui leur succède. Cet album jeunesse est engagé autant par son propos écologique que par son esthétique forte où il est encore question de laisser le bois s'exprimer avec le recours à la gravure sur bois. Elle offre des pages brutes, impactantes, accentuées par une palette de couleurs qui cultivent la mélancolie du livre. 

Un album jeunesse précieux à l'heure où la responsabilité humaine n'est plus à contester dans les tourments que rencontrent notre chère planète. 

"Tout en rimes . 20 poèmes à compléter"  de Bruno Gibert

Editions Seuil Jeunesse.  6-9 ans 

"Canard, nénuphar, rondouillard

Roulotte, bouillote, papillote 

Raton laveur, bricoleur, pleurnicheur  … 

Sardine, aspirine, capucine ... 

vive les rimes !"

Donc un livre tout en mots et en images pour que l’enfant s’amuse avec les sons et les rimes. Mode d’emploi : pour chaque poème, une réserve de mots permet au lecteur de compléter les fins de vers qui ont été laissées vides par l’auteur. 

C’est musical comme une chanson, vous choisissez vos rimes, vous pouvez en inventez d’autres. Grâce à de multiples combinaisons, l’enfant va pouvoir inventer encore et encore des poésies très simples ou complètement absurdes.

Page de gauche le poème – page de droite le dessin et les rimes proposées. 

Vos enfants tomberont bien assez tôt dans le rationalisme, l’utilitaire et le sacro-saint pragmatisme qui tue le rêve. Laissez-les développer l’essentiel : leur imaginaire, laissez les pétrir les phrases, la musique des mots, qu’ils développent l’absurde et le surréalisme sans le savoir. La rime est la première figure de style que les enfants découvrent donc ...  

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.