Fantômes et adoption au menu de L'as-tu lu !

Couvertures des livres jeunesse "Maggie fantôme" & "Madame et Monsieur"
Couvertures des livres jeunesse "Maggie fantôme" & "Madame et Monsieur" © Éditions Thierry Magnier / Éditions Glénat Jeunesse

"Madame et Monsieur", de Magali Chiappone-Lucchesi illustré par Bérangère Mariller-Gobber

Madame et Monsieur s’aiment très fort depuis longtemps.

Madame croit en la beauté des images, elle est photographe.

Monsieur prend soin des roses qu’il a fait naître dans leur jardin, il est instituteur.

Leur douleur ? Ils ne peuvent pas avoir d’enfant.

Mais ça, il ne faut pas le dire trop fort, cela les rend très tristes.

Elle prend des clichés des mamans, papas, enfants sur le toboggan, et elle sourit. 

Puis un jour, il voit un papa à la peau chocolat berçant, au creux de ses bras, un petit garçon à la peau chantilly.

Au retour, le couple discute et pour une fois, la plaie de Madame et celle de Monsieur s’ouvrent l’une à l’autre. Et ils pleurent ensemble.

Alors oui, ils adopteront un enfant, lui offriront un vélo-bleu avec un porte-bagages pour qu’il y mette son goûter.

Ils iront au square, faire de la balançoire, du toboggan, pour se mêler aux autres gens.

La force de cet album sur l’adoption repose sur l’intime, la pudeur. 

Ce sera au jeune lecteur de poser l’inévitable question : « Pourquoi, ils ne peuvent pas avoir de bébé ? »

Vous avez de nombreux livres sur les enfants adoptés mais pas sur le ressenti des adultes traversant cette épreuve affective.

Et puis en filigrane, ce livre dit que l’accueil, l’adoption d’un enfant reste une histoire d’amour ! 

"Madame et Monsieur", de Magali Chiappone-Lucchesi illustré par Bérangère Mariller-Gobber, Editions Glénat Jeunesse / Dès 5 ans

"Maggie fantôme", de Fanny Ducassé

Voici Maggie qui arrive sur ses patins à roulettes ! 

Elle aime la vitesse, les couleurs qui font « pop » en éclatant, les rayons du soleil, les bonbons qui piquent, et Johnny, son hamster si doux, si rassurant.

Elle mène une vie très tranquille.

Enfin, à un détail près :

Oui car la nuit, Maggie rêve en noir et blanc.

Elle rêve de forêts d'encre, peuplées de fantômes, où la nuit est très lugubre.

Depuis peu, d'étranges présences fantomatiques s'invitent en pleine journée.

Même quand elle est éveillée, elle remarque que les portes claquent, que les rideaux bougent. Les fantômes ne sont plus cantonnés à la nuit.

Les peurs nocturnes prennent le pas sur la lumière du matin, s'étalent comme de la peinture noire sur les tournesols éclatants.

Maggie décide alors de mener l'enquête sur ses indésirables visiteurs, égrainant à la loupe le moindre fait divers relatant l'apparition de spectres, épluchant méthodiquement l'annuaire des maisons hantées, consultant grimoires et encyclopédies poussiéreuses, des nuits entières.

Elle découvre l'existence de nombreux fantômes, aussi nombreux qu'on peut en imaginer !

Le sien est un nuage gris. Elle voudrait pouvoir l'anéantir, l'aplatir, l'aspirer, l'éjecter de sa vie. Elle prépare son baluchon pour l'affronter.

Et si dans chacun d'entre nous sommeillait un fantôme ?

C'est la question que l'on pourrait se poser à la lecture de l'album « Maggie fantôme » de Fanny Ducassé, dont la subtilité psychologique égale celle de ses illustrations, dont on retrouve la finesse et la profondeur à chaque nouvel album de l'artiste.

Si les émotions sont une thématique devenue récurrente ces dernières années en littérature jeunesse, « Maggie fantôme » l'aborde avec une délicatesse remarquable, un suspense poétique, et une curiosité bienveillante. Un album aussi intrigant qu'éclairant, sur soi et les autres.

"Maggie fantôme", de Fanny Ducassé, Editions Thierry Magnier / A partir de 5 ans

L'équipe
Contact