Une nouvelle maison emplie d'objets, et un enfant qui repeint sa maison avec un rouge à lèvres.

Les couvertures des livres jeunesse "La maison de l’ourse et tout ce qu’elle contient" & "Le rouge à lèvres"
Les couvertures des livres jeunesse "La maison de l’ourse et tout ce qu’elle contient" & "Le rouge à lèvres" © Éditions MeMo / Éditions Talents hauts

"La maison de l’ourse et tout ce qu’elle contient", d'Emilie Vast

Un album subtil et sans morale sur l’accumulation, le désir de posséder, si chère à notre société remplie de vide.

Ours, Oursonne et leur petit Ourson vivent tranquille dans une grotte sombre mais confortable. 

Un jour, cherchant des champignons, dame Ourse est fascinée par des maisons, leur taille, leur solidité et toutes les jolies choses qu’elles contiennent.

Elle trouve alors sa grotte lugubre, austère, et merveilleux ce qu’elle a vu !

Notre Ours, voulant faire plaisir à son Oursonne, donne des instructions à ses copains animaux.

Ils rapportent tous les matériaux et objets éparpillés dans la forêt, car les humains ont cette fâcheuse habitude de transformer les bois en poubelle.

Pots de peinture, briques, tôles, meubles incomplets… ils se mettent au travail dans le plus grand secret et la maison est construite dans la clairière.

Joie de la surprise pour Oursonne ! 

Mais la vie se transforme et Ours ne reconnaît plus Oursonne, entièrement dévouée aux objets de sa maison. Et Ourson est attristé que sa maman n'ait plus le temps pour jouer avec lui...

Un livre sensible, dessiné à l’ordinateur avec une précision d’entomologiste, un réalisme poétique, une angoisse matérielle qui disparait et un retour à l’essentiel : les rapports entre les êtres. Et des ours qui au final restent des ours.

"La maison de l’ourse et tout ce qu’elle contient", d'Emilie Vast, Editions MéMo / Dès 5 ans

"Le rouge à lèvres", de Laura Dockrill et Maria Karipidou

La maison est bien calme aujourd'hui. 

Avec son chat, un petit garçon cherche de la distraction. Ses yeux se posent sur un objet intéressant :

Oh ! Le rouge à lèvres hors de prix de maman."

Quelle drôle de truc que de se mettre du rouge à lèvres... Et si il essayait pour voir ?

"Devant le miroir, j'ai fait comme maman, un "o", avec la bouche, et j'ai étalé le rouge à lèvres en faisant bien attention de ne pas dépasser".

Le résultat est très réussi.

"Sans me vanter, ça m'allait vraiment bien."

Et peut-être qu'un peu de rouge à lèvres irait bien aux murs aussi ? Après tout, ça fait un super crayon ! 

Allez, c'est parti pour une promenade cosmétique dans toute la maison.

Aucune pièce n'est épargnée par l'imagination hyperactive de notre héros.

J'ai dessiné un hérisson, une chaussure, une robe à froufrous, un épi de maïs, un gant de boxe."

Il entre dans une forme de transe créative dans laquelle le rouge à lèvres est doté d'une conscience.

La littérature jeunesse est le lieu propice pour laisser s'exprimer les bêtises des enfants et le héros y excelle avec une sympathie irrésistible. 

Le jeune héros charme tout autant par son air candide, sa fibre artistique et son humour que par sa liberté et le pied de nez qu'il oppose aux stéréotypes de genre. 

"Le rouge à lèvres", de Laura Dockrill et Maria Karipidou, Editions Talents Hauts / A partir de 4 ans

L'équipe
Contact