Une douce rêverie sur l'amour, et un éléphanteau jongle avec les possibles !

Couvertures jeunesse de "Amour amour - Après quoi chacun court" & de "Pomélo imagine" & "Pomelo imagine"
Couvertures jeunesse de "Amour amour - Après quoi chacun court" & de "Pomélo imagine" & "Pomelo imagine" © HongFei Cultures / Albin Michel Jeunesse

"Amour amour - Après quoi chacun court", de Mélusine Thiry, illustré par Julie Guillem

Le jour se lève, une petite fille s'éveille aux premiers rayons du soleil. 

Quelles seront les préoccupations qui l'occuperont jusqu'au coucher ? Du travail ou des corvées ? 

Non ! De l'amour. 

Dans le ciel, l’oiseau s’envole déjà vers qui le cajolera.

Au cœur de la forêt, les animaux sont aussi en quête de tendresse.

Au milieu des sous-bois la renarde hâte son pas vers qui l'enlacera.

Du plus rusé d'entre eux jusqu’aux plus petits rongeurs.

Même ceux qui semblent pressés cherchent à se faire chouchouter.

La nuit, on découvre que les animaux qui peuvent paraître effrayants ne demandent, eux aussi, qu'un peu d'attention.

Le soir venu, le loup se rend vers qui l’enchantera.

Et dans son lit l’ourson attend qui le bercera…

Et ça tombe bien, car la petite fille a deux bras. 

Est-ce que ce sera toi ?

Entre imagier animalier, précis de vocabulaire affectueux, et réflexion sur le sens réciproque de l'amour, cet album du soir sera propice à la rêverie autant qu'à la douceur et la pensée.

"Amour amour - Après quoi chacun court", de Mélusine Thiry, illustré par Julie Guillem, Editions HongFei / A partir de 3 ans

"Pomelo imagine", de Ramona Badescu et Benjamin Chaud

Un classique et une nouveauté à la fois : classique car Pomélo, le petit éléphant rose, a 18 ans, nouveauté car c’est un nouvel album !

Ode à l’imagination et à son pouvoir.

Quand il reste longtemps assis à regarder les vagues, le mouvement des nuages, à laisser l’air marin envahir sa trompe…Pomelo se dit qu’être ici et maintenant c’est quand même drôlement bien.

Très spinozien notre Pomelo, il imagine que de l’autre côté de la mer quelqu’un le regarde, qui est en train de faire la même chose avec sa longue vue.

Il imagine qu’il pourrait être quelqu’un d’autre. Clin d’œil à Pinocchio, Babar, Elmer, Max des Maximonstres.

Il sent bien qu’il occupe une petite place dans l’univers que personne ne pourrait occuper exactement comme lui. 

Pomelo imagine que les légumes, les brins d’herbe et peut-être les cailloux, parlent.

Il imagine comment serait sa vie s’il changeait un peu l’histoire.

Il imagine que si chacun portait un tout petit bout, on pourrait transporter des montagnes.

Les poupées russes de l’imaginaire fonctionnent parfaitement. 

La palette d’espoirs, de jeux, frayeurs, de questionnement philosophiques avec ce « Pomélo imagine » dessine  toute la force de cette faculté enfantine qui permet de jongler volontairement avec tous les possibles. 

Une réussite de plus !

"Pomelo imagine", de Ramona Badescu et Benjamin Chaud, Albin Michel Jeunesse / Dès 4 ans

L'équipe
Contact