Des vacances en toute complicité, et des complexes partagés et dépassés !

Couvertures des livres jeunesse "Mes vacances chez Mamie" & "Gros bec"
Couvertures des livres jeunesse "Mes vacances chez Mamie" & "Gros bec" © Éditions HongFei Cultures / Éditions Glénat Jeunesse

"Mes vacances chez Mamie", de Xie Hua et Huang Li

La cloche a retenti pour la dernière fois de l'année et le soleil resplendit. 

C'est la fin de l'école et le début des vacances. 

Xiaoma n'attend qu'une chose : partir chez mamie. Il faut dire que c'est de loin le meilleur moment de l'année. 

Mamie habite un appartement, petit mais assez grand pour l'accueillir pendant l'été... avec ses chevaux.

Même si ces chevaux galopent au creux de l'imaginaire de l’enfant, ils prennent néanmoins beaucoup de place ! Et ça commence à chahuter au moment de la toilette : 

« Oh ! Vous mettez de l'eau partout ! »

Il n'est pas simple non plus de réussir à coucher tous ces animaux énergiques dans un si petit appartement. Ni de parvenir à garder ses petites habitudes !

Le lendemain matin, mamie fait son ménage quotidien. Les chevaux, eux, se dégourdissent les pattes... dans la pagaille !

Le pire, c'est qu'on dirait que ces chevaux se démultiplient. Un, deux, trois quatre, cinq... mais oui, il y en a plus !!!

"Mamie, ils sont dix aujourd'hui", répond Xiaoma le plus naturellement du monde.

Le petit appartement de mamie tremble sous les claquements de sabots. 

Le temps passe très vite tant il y a à faire pour s'occuper de tout ce petit monde. 

Et mamie commence à fatiguer, au point de s'assoupir dans son fauteuil. 

La nuit tombée, tout est calme dans le petit appartement.

Dans ce livre, on ne sait plus trop ce qui relève de la réalité ou du fantasme d'enfants, les illustrations sont là pour faire s'entremêler la réalité à l'encre de mamie, et l'imaginaire insaisissable et très coloré de Xiaoma. 

Mes vacances chez Mamie est un album aussi doux qu'ébouriffant, à offrir et à lire pour se rappeler à quel point le lien avec les aînés est précieux.

"Mes vacances chez Mamie", de Xie Hua et Huang Li, Editions HongFei / A partir de 5 ans

"Gros bec", de Thomas Baas et Nicolas Digard

Si vos enfants ont des complexes, lisez Gros bec !

Comme tous les matins, Albert Gros bec noue sa cravate devant la glace.

"Qu’il est gros ce bec ! Ca ne s’arrange pas."

Et bien-sûr il pense que tout le monde ne voit que ça. 

Solange Mésange le connaissait sur le bout des plumes. 

"Si ton bec est si particulier tu devrais gagner ce 1er grand concours international de becs."

Hop ! Une cigogne l’embarque depuis l’aéronichoir de Strasbourg pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée où a lieu le concours.

En voyant les participants, Albert est médusé : 

"Ca alors, je n’ai jamais imaginé si cruelle nature qui inflige à ces oiseaux des becs aussi extravagants, des longs, des courts, des courbés …"

"On peut t’aider ?", dit Bec-en-Sabot, avec son rire communicatif en voyant Albert dépité. 

Incroyable ! Aucun des oiseaux n’avait honte ; au contraire, leur fierté les rendait beaux.

Dans notre grande série "Je me regarde, je me désole, je me compare, je me console", avec un humour bien tonique et un graphisme joyeusement efficace qui joue sur quelques couleurs, ce livre peut faire sauter certains verrous, libérer son propre regard de ses petits ou grands complexes physiques. 

"Gros bec", de Thomas Baas et Nicolas Digard, Editions Glénat jeunesse / Dès  5 ans 

L'équipe
Contact