L'histoire d'une résistance et d'une solidarité au pays du soleil levant, et la complexité des sentiments amicaux dans "L'as-tu lu" !

Couvertures des livres jeunesse "Kumiai" et le dragon et le bambou" & "Amitiés"
Couvertures des livres jeunesse "Kumiai" et le dragon et le bambou" & "Amitiés" © Éditions Albin Michel Jeunesse / Éditions Little Urban

"Kumiai - Le dragon et le bambou", de Gilles Baum et Yukiro Noritake

C’est un cimetière à flanc de montagne, à Hokkaido, au Japon, il regarde le port en contrebas. Les tombes sont devenues orphelines car l’autoroute a coupé le lien.

Cette autoroute était la promesse de modernité du gouverneur qui, une fois élu, ordonna les travaux très vite. 

Flot permanent de voitures, impossible de traverser. 

Saori Yukamata ne peut slalomer pour voir son mari - gardien du cimetière - lui parler, l’écouter, l’aimer. 

Et, de ses deux seuls draps, elle fait deux kakemonos. 

Elle mobilise une belle partie du village. 

Une tour en bambou qui pliera, enjambera l’autoroute comme un pont, et permettra les retrouvailles avec lui, Kyosuké son mari, mais pas que lui. 

Une armée de dragons noirs très informée, à la solde du gouverneur, détruira le pont de bambous avant qu’il ne soit utilisé.

On n’entrave pas la marche du progrès. 

Saori rayonne malgré tout, et convoque ses amis sur l’autre chantier. Union des pioches, un tunnel est creusé.

Les deux vieux amoureux se retrouvent. Le chemin est revenu, de la mer à la montagne, de la forêt au village. Pour toujours. 

Joli récit choral entre modernité et tradition.

Une histoire d’amour, l'histoire de résistance, d’une solidarité villageoise et d’une jolie ruse pour déjouer la course folle à la modernité. 

"Kumiai - Le dragon et le bambou", de Gilles Baum et Yukiro Noritake, Editions Albin Michel Jeunesse  / Pour les 6-9 ans

"Amitiés", de Charlotte Zolotow et Benjamin Chaud

J'avais une amie, une meilleure amie aux longs cheveux bruns. 

Qu'il y a-t-il de plus beau que l'amitié ?

Complice de tous les jours, les journées aux côtés d'une amie sont toujours bien remplies. 

Nous aimions nous promener dans les bois, cueillir des fleurs sauvages, patauger dans la rivière et caresser les pierres luisantes, avant de rentrer à la maison.

Quand l'orage grondait, nous écoutions la pluie, cachés dans le grenier. Et après l'orage, nous sortions courir pieds nus dans l'herbe mouillée.

La liste des activités à faire ne désemplit jamais. 

Mais parfois, les choses ne se déroulent pas comme on s'y attend.

Un jour, je l'ai appelée mais elle n'était pas là. Et la réalité peut se révéler brutale.

Je l'ai cherchée dans les bois et je l'ai trouvée avec un autre ami. 

Ils cueillaient des fleurs sauvages, pataugeaient dans la rivière et caressaient les pierres luisantes, avant de rentrer à la maison. 

Cette réalité peut même avoir un arrière-goût de trahison. 

Si le pluriel est dans le titre « Amitiés », c'est parce que l'album vient la colorer de toutes ses nuances : complice, fusionnelle, elle peut aussi avoir ses failles, décevoir, trahir et faire souffrir, mais aussi être fantasmée. 

C'est un livre sur le chagrin qui vient donner toute sa force à l'amitié (enfantine mais pas que) et légitimer le sentiment de deuil profond ressenti après un abandon. 

Le trait de Benjamin Chaud vient adoucir la tristesse en faisant arpenter ses héros dans une nature aux allures de refuge, qui semble laisser autant la place aux jeux qu'à la pensée. 

"Amitiés", de Charlotte Zolotow et Benjamin Chaud,  Editions Little Urban / A partir de 5 ans

L'équipe
Contact