«Qu’est-ce qu’ils ont bien pu inventer, cette fois-ci encore?». Pour être honnête, c’est ce qu’on s’est dit quand on a reçu cette invitation de Procter & Gamble, il y a quelques jours, une invitation à découvrir "la plus importante innovation de ces decennies", concernant Ariel, la lessive. Parce qu’on a plus de 30 ans (et même plus de 40), on a pensé instantanément à Coluche, et à son célèbre sketch. On s’est dit, ensuite, que ceux qui sont chargés de vendre de la lessive doivent y penser, eux aussi, très souvent, à ce sketch qui tourne en dérision, leurs arguments publicitaires. Le fameux «plus blanc que blanc» qui reste, aujourd'hui encore, une limite, indépassable. Comment, en effet, vendre une nouvelle lessive en expliquant qu’elle lave mieux que la précédente, qui déjà lavait parfaitement bien. Eh bien, Ariel croit avoir trouvé la parade, avec ce nouvel «Ariel 3en1 pods», qui débarque, cette semaine en France. C’est une lessive «en doses», comme on peut en trouver depuis une bonne dizaine d’année déjà. La «dose» -comme la dosette pour le café- c’est le créneau «porteur» aujourd'hui du rayon «lessives»! Elle est vendue plus cher que les autres (et ce nouvel "Ariel" assume un prix supérieur encore de 5%) mais elle est jugée plus pratique, moins salissante (elle ne dégouline pas, on n’utilise plus le bac-lessive), et puis, elle empêche le «surdosage». Résultat: alors que la lessive en poudre et les tablettes reculent, que les lessives liquides stagnent, les ventes de lessives «en doses» cartonnent: +33%, l’année dernière, en France. En pleine crise. Pour «booster» un peu plus encore ce segment du marché, Ariel sort, une version «3en1». Une lessive en dose... à 3 compartiments! La révolution est là, expliquent ses concepteurs. En séparant les éléments constitutifs de la lessive (en langage de vendeurs de lessives, on parle d'agents activateurs de lavage «super puissants», d'agents anti-redéposition (revoilà Coluche!), de système d’enzymes optimisé pour enlever le spectre le plus large de tâches (et surtout les tâches de fruits rouges) et enfin, d'activateurs d’éclats du linge... en séparant, donc, tout ça, dans 3 poches différentes, jusqu’au démarrage de la lessive, ces agents "actifs" restent plus puissants. Donc, au final, cette nouvelle lessive, je vous le donne en mille, lave mieux! Ariel nous dit que 100 chercheurs ont travaillé sur cette nouvelle lessive. 8 années de développement, au total. Plus de 50 brevets déposés, 8 tonnes de linges ont été lavés pour les tests, dans les 900 combinaisons possibles de lessives (quand on prend en compte tous les paramètres: la température, les textiles, le degré de salissure, la dureté de l’eau, les couleurs). Si tous ces arguments n'arrivent pas à vous convaincre (comment dire, c'est possible...), Ariel en donne un dernier, à la mode sa nouvelle lessive est made in France. Fabriquée à Amiens.

Allongée. La CFDT est d'accord avec le gouvernement pour allonger la durée de cotisation pour les retaites. Et ce n'est pas une surprise: le syndicat défend l'idée depuis longtemps. Laurent Berger, le sucesseur de François Chérèque à la tête de la CFDT l'a redit hier... ironisant, au passage, sur le Parti Socialiste qui, en 2003, s'était opposé, à l'allongement de la durée de cotisation, décidée alors par la Droite. Aujourd'hui au pouvoir, les Socialistes en font une piste "prioritaire" pour la réforme à venir. "D'accord, dit Laurent Berger... mais ça ne suffira pas" prévient-il, en demandant déjà des mesures correctrices pour tous ceux qui ont eu des carrières morcelées, qui ont eu des métiers pénibles, subit des horaires décalés ou des périodes de chômage.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.