Ce sont les 2 dates à retenir, pour ce début d'année 2009. 2 dates qui, sur le plan économique, modifieront -ou pas!- la suite des événements. 20 janvier, c'est évidemment l'entrée en fonction de Barak Obama. Le futur Président des Etats-Unis promet de lancer, dès son arrivée à la Maison Blanche, un vaste Plan de relance. On parle d'un Plan qui pourrait dépasser les 850 milliards de dollars. Peut-être même mille milliards. Une "somme, en tout cas, à laquelle personne n'aurait pensé il y a un an" avoue l'entourage d'Obama. L'objectif sera de créer 3 millions d'emplois au total dans un pays qui sombre dans la crise. Le 20 janvier, c'est donc sans doute, beaucoup d'espoirs, chez les Américains, mais le reste de la planète aussi, en attend beaucoup de ce Plan. C'est comme ça depuis des lustres mais le monde travaille pour les consommateurs américains, donc, s'ils retrouvent leur confiance, et les moyens d'acheter, l'économie mondiale repartira. L'autre date, c'est le 2 avril 2009. Et ça se passera, cette fois-ci, à Londres, avec un nouveau G20, réunion des Chefs d'Etats et de gouvernements des pays les plus riches de la planète, d'une part, et des grands pays émergents, de l'autre. C'est ce jour-là, qu'on devrait savoir, si oui ou non, le capitalisme sera -sinon profondément (il ne faut pas être naïf)- au moins franchement, réformé. A Washington, en novembre, c'est la "promesse" d'une réforme qui a été actée. En avril prochain, on fera un premier bilan: est-ce qu'on va mieux encadrer les fonds spéculatifs et les paradis fiscaux? Est-ce qu'on va mieux surveiller les banques, à l'avenir? Est-ce qu'on va mettre fin aux rémunérations extravagantes des grands patrons, sommes qui les déconnectent des réalités? "Tout est sur la table", c'était la réussite du Sommet de Washington. Qu'est-ce qui restera?: c'est l'enjeu du G20 du 2 avril prochain à Londres... avec cette dernière promesse: faire une place plus grande aux pays émergents (la Russie, la Chine, le Brésil, l'Inde...) précisément pour éviter de toujours tout attendre des Etats-Unis! Les voeux de Nicolas Sarkozy, hier soir. Le Président de la République ne ferme pas la porte à un 2ème Plan de relance... mais ne l'ouvre pas tout à fait non plus. "S'il faut faire davantage, nous le ferons... mais en gardant notre sang-froid": c'était la réponse, hier soir, du Chef de l'Etat, à tous ceux qui réclament (déjà!) de nouvelles mesures de soutien à l'activité économique. Pour le moment, en tout cas, Nicolas Sarkozy fixe 2 priorités: adopter le 1er Plan de relance de 26 milliards d'euros. Son examen commence, la semaine prochaine, à l'Assemblée nationale. 2ème priorité: la poursuite des réformes! Celle des lycées (qui n'est pas abondonnée), mais aussi celle de l'hôpital, de la formation professionnelle, de l'organisation territoriale et de la procédure pénale. Exit la Couronne Slovaque. La zone "euro" compte un membre de plus depuis 0h, cette nuit: c'est la Slovaquie. C'est le 16ème pays de l'Union européenne a adopter l'euro, qui fête d'ailleurs, aujourd'hui, ses 10 ans d'existence. L'année "catastrophique" des places boursières. Hier, Wall Street s'est offert une dernière séance 2008 en hausse, mais sur l'année le recul est de presque 34% pour le Dow Jones: son plus mauvais résultat depuis... 1931! Partout, c'est pareil, et même souvent pire: Francfort -40% Londres -31, Paris -42,7%!

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.