L'Eco du Jour de Bruce de Galzain

Vous avez décidé ce matin de nous parler du scénario rose de l’économie pour cette année... C'est un parti pris un peu comme le Président hier soir mais ce scénario était déjà très en vogue il y a quelques mois dans la bouche de ceux qui nous gouvernent. Le ministre du Travail notamment nous disait au cours d'un déjeuner que l’on ne pouvait exclure un retournement assez puissant de conjoncture en 2013... Et nous y sommes ! Pour argumenter, Michel Sapin énonçait d'abord les progrès européens comme François Hollande hier et il est vrai que depuis quelques mois on ne parle plus de l'éclatement tant redouté de la zone euro... Mieux, l'Union bancaire est sur les rails. Le ministre du Travail imaginait aussi pour l'année 2013 une accalmie sur le front des plans sociaux. Enfin, Michel Sapin insistait comme le Président encore une fois hier soir sur les réformes et le dialogue social avec des négociations engagées sur tous les fronts mais surtout sur le marché du travail...

2013 sera alors l'année de la réforme ? En tous cas la réforme du marché du travail ne s'est pas conclu l'année dernière mais se conclura dans quelques jours et elle pourrait - tout dépend de l'accord - redonner du souffle à l'économie, conjurer une double peur, a dit hier le chef de l'Etat : la peur du licenciement pour les travailleurs et la peur de l'embauche pour les employeurs ce qui redonnerait confiance aux entreprises. Cette année sera donc bien une année de réforme avec également la prochaine concertation sur les retraites au printemps. Le conseiller social de l'Elysée se dit d'ailleurs confiant car on a - je le cite - "un dispositif de négociations sociales bien rôdé".

Est-ce pour autant que le pays va renouer avec la croissance ? Un dialogue social qui fonctionne bien donne de la confiance et c'est nécessaire pour une reprise mais la confiance ne suffit pas. La politique économique du gouvernement donne aussi une bonne ou une mauvaise direction. Notre gouvernement a toujours eu comme objectif absolu le retour à un déficit de 3% cette année (ce pourquoi nous payons plus d'impôts et l'Etat dépense moins)... Mais voilà que Bruxelles, par la voix de son Commissaire aux affaires économiques et monétaires, nous annonce que la France n'a plus besoin de faire des économies supplémentaires ! En gros, nous sommes sur la bonne trajectoire, c'est le principal et si les 3% ne sont pas atteints expressément cette année ce se ne serait pas si grave. Même le FMI conseille à la France de renégocier les 3% avec ses partenaires européens. L'étau de l'austérité pourrait alors se desserrer. C'est tout bon pour la croissance !

Le scénario rose pourrait donc bien se dessiner ? "Les difficultés qui nous attendent sont sérieuses... Mais le but c'est d'inverser la courbe du chômage d'ici un an coûte que coûte" : c'est du François Hollande dans le texte ! Alors scenario rose pourquoi pas mais on l'a compris, pas tout de suite. En tous cas le dernier ministre interrogé sur ce scénario celui du budget, Jérôme Cahuzac, me disait en esquissant un sourire : "Vous verrez un jour on aura raison !".

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.