Il avait surpris en annonçant la tenue - 4 mois à peine avant la présidentielle - d'un sommet pour l'emploi le 18 janvier ; Nicolas Sarkozy surprend encore car il présidera un sommet qui ira sans doute plus loin que cela. A l'origine, on devait parler chômage partiel (tout le monde semble d'accord, il manque "seulement" les financements), parler aussi pacte compétitivité-emploi (là c'est plus compliqué mais l'objectif n'est pas immédiat), il sera finalement question de la formation des chômeurs mais aussi de la taxe sur les transactions financières et de la TVA sociale ou anti-délocalisation. Le chef de l'Etat élargit son sommet à la croissance, la compétitivité, la réindustrialisation. Mais pour la CGT, pas de doute Nicolas Sarkozy restera le plus longtemps possible président et non candidat, il lance donc les thèmes de la campagne que la droite, gouvernement et députés, sont censés porter ! Exemple type : la TVA sociale vieille de plus de 30 ans, elle consiste à faire peser les cotisations sociales non plus sur le seul salarié mais aussi sur le consommateur. Elle permet de baisser le cout du travail - le patronat ne cesse de le réclamer - ce qui renforce la compétitivité de nos entreprises ou peut permettre d'augmenter les salaires. Mais revers de la médaille les cotisations qui ne sont plus payées par l'employé le sont par le consommateur et pour le coup tout le monde est logé à la même enseigne : TVA sociale ne rime pas vraiment avec justice sociale. Les syndicats s'y opposent d'ailleurs. Ils vont être consultés le 18 janvier. Mais d'ores et déjà une loi de finance rectificative est envisagée dans la foulée en février. Voilà un changement de taille, Nicolas Sarkozy devrait faire le choix d'agir vite sur des sujets précis. La CGT le prendra donc au mot et lui proposera de revenir sur l'une des réformes phares de son quinquennat les heures supplémentaires défiscalisées. Pas dupe, le syndicat pense qu'il y a peut-être moyen de se faire entendre mais auquel cas me dit-on ce serait de l'instrumentalisation : côté syndical on ne croit pas vraiment à un revirement social du président juste avant l'élection !

Trois raffineries à l'arrêt. Trois raffineries du suisse Petroplus dont une en France à Petite-Couronne prés de Rouen. Petroplus cumule les crises celle du raffinage en Europe qui ne rapporte plus grand chose en raison des surcapacités en essence et celle du resserrement du crédit puisque Petroplus ne peut plus acheter de pétrole faute d'argent. Les négociations se poursuivent entre la société et les banques pour obtenir des liquidités !

Record. 1 milliard de SMS pour se souhaiter une bonne année, c'est un record annoncé par les 3 principaux opérateurs français qui se préparent à une autre révolution avec l'arrivée d'un 4éme opérateur Free. Le PDG de France Télécom se dit déjà prêt à jouer sur les prix. Les tarifs des portables pourraient donc baisser cette année.

1€50. Libération plus cher depuis ce matin, pour Le Figaro ce sera demain... désormais la plupart des quotidiens coutent 1€50, exceptés L'Humanité et Le Parisien-Aujourd'hui en France .

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.