Le projet avait largement fuité dans la presse, ces derniers jours: il est officiel, depuis hier soir: Carrefour a décidé de se couper en 3. Ainsi va la vie économique. Il y a le temps des fusions, puis celui des fissions, des séparations. 11 ans après sa fusion avec Promodès, le groupe Carrefour, poussé par ses actionnaires d'aujourd'hui, se lance dans un processus d'éclatement. En 3 morceaux, donc. Carrefour a ainsi décidé, hier, de se séparer de sa branche "hard discount": les magasins Dia. 6 mille au total. peut-être un près de chez vous. C'est la 3ème enseigne du genre au monde, derrière Aldi et Lidl. La filiale va être introduite en bourse. Celle de Madrid (le groupe est espagnol, à l'origine). Jusqu'ici, on pensait que Carrefour pourrait en garder un bout. C'est finalement 100% du capital qui va être distribué. Dia n'aura plus aucun lien avec Carrefour, le 2ème morceau, sorti de la fission: celui qui rassemble tous les magasins "classiques", hypers, supers et supérettes. C'est le coeur du métier: évidemment, il ne bouge pas. Le 3ème et dernier morceaux de cet éclatement concerne la filiale "foncière" de Carrefour: celle qui réunit les murs. Le modèle économique fonctionne ainsi: les magasins Carrefour, se concentrent sur la vente, la gestion de l'immobilier, elle, est assurée par sa filiale Carrefour Property, qui vit avec les loyers encaissés. Le projet dévoilé, hier, prévoit donc, une autre introduction en bourse: celle de la branche immobilière même si Carrefour, maison-mère, entend là conserver 75% du capital de sa filiale, histoire de rester décisionnaire sur les montants des loyers à payer: on n'est jamais trop prudent... Toute cette opération, au final, n'a qu'un but. En langage boursier, on dit "mieux valoriser" Carrefour, qui vaudrait donc plus, coupée en 3 qu'en un seul morceau. Pour Colony capital et Bernard Arnault, patron de LVMH, qui sont entrés, par surprise, dans le capital de Carrefour, en 2007, il y a même comme une sorte d'urgence: ils ont payé leurs actions, à l'époque, 47 euros. Elle n'en vaut que 35 aujourd'hui. A leurs yeux, le "dépeçage" de Carrefour doit, donc, permettre de rendre leur "raid" sur le distributeur, enfin, profitable. Une mauvaise nouvelle pour les jeunes conductrices. Celles qui ont entre 17 et 29 ans. Elles pourraient voir, bientôt, leurs polices d'assurance augmenter de 30 à 45%. Pour les femmes plus âgées, l'augmentation tournerait autour de 25%, selon les calculs de l'agence Fitch, repris, ce matin, par le Figaro. C'est la conséquence de la décision, hier, de la Cour de justice européenne: à partir de décembre 2012, elle interdira toute différenciation de prix, dans l'assurance, fondée sur le sexe. Premières visées donc: les conductrices, qui statistiquement sont moins dangereuses au volant que les hommes. Et qui bénéficiaient jusqu'ici de tarifs réduits. La décision européenne va modifier, également, les grilles tarifaires dans l'assurance-vie et l'assurance-santé. Au choix. La réforme fiscale: 2 options sur la table, désormais. La suppression de l'ISF, compensée par des taxes plus lourdes sur les plus-value, ou une révision en profondeur de son barème. Réunion, ce soir, des Parlementaires de la majorité, avant les premières annonces officielles, demain.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.