C'est officiel depuis ce matin : Philippe Camus a été choisi pour remplacer Serge Tchuruck à la présidence d'Alcatel-Lucent. Philippe Camus n'est pas très connu du grand public : il était pourtant jusqu'ici le co-gérant du groupe Lagardère, et surtout pendant 5 ans, il a co-présidé EADS, la maison-mère d'Airbus. Mais là, on doit reconnaître que ce n'est pas forcément sa présidence qui a marqué le grand public, mais son départ, en 2005. Résultat d'une guerre acharnée pour le "leadership" du groupe, une bataille menée avec Noël Forgeard, et qui n'est pas étrangère avec l'affaire Clearstream 2 (comme on l'appelle): celle des faux-listing de personnalités. Eh bien, aujourd'hui, c'est une autre bataille de pouvoir (beaucoup plus feutrée celle-là... quoique), c'est une autre bataille de pouvoir qui lui offre ce "retour en grâce", à la tête d'un groupe du CAC 40 : la bataille entre Serge Tchuruck et Patricia Russo. Le Français et l'Américaine... incapables de s'entendre alors que la fusion de leur 2 groupes Alcatel et Lucent se montrait plus difficile que prévue, ces deux-là ont été remerciés, cet été. Philippe Camus, hier soir, a, donc, été choisi pour la présidence. Mais comme l'histoire aime bien se répéter, les administrateurs de la société ont aussi choisi de nommer un Directeur général opérationnel, Ben Verwayen, ancien patron de British Telecom. Philippe Camus va, donc, devoir -encore !- partager le pouvoir. Le gouvernement va créer un prêt à taux zéro vert ! Selon le journal "Les Echos" qui sort cette information, il serait baptisé "éco-PTZ". PTZ, pour Prêt à Taux Zéro. Son but est d'inciter les Français à se lancer dans des travaux d'isolation de leur logement, pour, au final, réduire leur consommation en énergie. Il va falloir faire un peu plus que poser de la laine de verre pour l'obtenir, mais il plafonné quand même à 30 mille euros au total, et 300 euros par mètres carré. Il ne sera soumis à aucune condition de ressources, affirme le journal. Les grands groupes du CAC 40 résistent plutôt bien à la crise : leurs profits, au premier semestre, sont en recul de presque 4%, mais ensemble, ils ont engrangé 50 milliards de bénéfices en 6 mois. Premier de la classe, sans surprise : Total, avec plus de 8 milliards pour lui tout seul. Le pétrole , d'ailleurs, est au plus bas depuis 4 mois . Le baril de brut est tout près, désormais, des 110 dollars : il est même passé en dessous hier à Londres. En revanche, à la pompe, le prix des carburants (essence, gazole et fuel domestique) est toujours en hausse (selon des chiffres publiés hier). C'est le décalage habituel : il faut entre 10 et 15 jours pour répercuter sur les prix, les variations des cours.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.