C'est presque sur un ton agacé qu'il l'a dit hier: "Que tous ceux qui voient France Telecom ne pas payer d'impôt se rassurent: nous allons en payer dès cette année!". Stéphane Richard, le patron de France Télécom - Orange, l'ancien directeur de Christine Lagarde, à Bercy -c'est drôle- a des soucis avec ses impôts, en ce moment. Il y a, d'abord, ce redressement fiscal: 1 milliard 700 millions d'euros réclamé par le fisc, et que France Telecom conteste. Mais il y aussi les mesures "anti-déficit" de François Fillon. Son plan ne fait pas que taxer les fumeurs, les salariés, les buveurs de coca et les très riches, il concerne aussi les grands groupes du CAC 40, dont le régime fiscal va changer. C'est même l'une des mesures principale: le gouvernement en attend 500 millions de rentrées fiscales supplémentaires, dès cette année. Et 1 milliard et demi, l'année prochaine. Ce qui va changer, c'est la possibilité offertes aux entreprises de reporter un déficit (c'est-à-dire les pertes financières d'une année), sur les exercices suivants (c'est même possible sur les bilans antérieurs). C'est ce dispositif notamment, mais il y en a d'autres, qui permet à quelques grandes entreprises de ne pas payer d'impôt, alors même qu'elles affichent de confortables bénéfices. Pour France Telecom, ce sont ses énormes pertes financières de 2002 (au moment de l'éclatement de bulle internet, c'était quand même il a presque 10 ans), qui lui permettent depuis cette date et aujourd'hui encore de ne pas payer d'impôt-société. Malgré 5 milliards de bénéfices, l'année dernière! Avec les mesures Fillon, qui seront examinées dès la semaine prochaine à l'Assemblée nationale, ce dispositif va, donc, être un peu rogné: on a va plafonner cet avantage. Et France Telecom, dès cette année, paiera, peut-être, "quelques centaines de millions d'euros" d'impôts: "on est en train de faire les calculs", affirme Stéphane Richard, qui doit regretter que ses anciens camarades de Bercy ne l'aient pas définitivement oublié.Autodélocalisation. C'est une sorte de première, révélée, hier, par le site Médiapart: Jean-Pascal Tricoire, le patron de Schneider Electric, "fleuron de l'industrie française" va s'installer en Asie. Avec sa famille. 3 de ses directeurs (sa DHR notamment) font de même: ils quittent Paris pour Hong-Kong. C'est une solution "provisoire" affirme Schneider Electric, imposée par le basculement de l'activité du groupe vers l'Asie. Schneider Electric précise que le siège social de l'entreprise reste en France.Mobilisation. Les syndicats appellent à une journée de mobilisation des salariés français, le 11 octobre prochain. Contre les mesures de rigueur du gouvernement. Mais les modalités d'action, ce jour-là, ne sont pas encore arrêtées: la CFDT ne veut pas d'un appel à la grève.Total veut généraliser ses stations-service à bas prix en France: 500 devraient ouvrir, l'année prochaine. En remplacement, notamment, des actuelles stations ELF. Information des Echos, ce matin. Total veut, ainsi contrer la concurrence des grandes surfaces. Mais, c'est dommage, les stations Total, sur autoroute, ne sont pas concernées.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.