Elle a dit "évidemment". Et puis elle a ajouté, encore, "comme prévu" pour faire comme si de rien n'était, comme s'il n'y avait aucun revirement dans cette affaire, alors que toutes les apparences démontrent le contraire. C'était hier, à la télé. Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales défendait, une fois encore, les vertus de la réforme des retraites, présentée la semaine dernière, quand elle a dû s'expliquer sur le sort réservé aux petites retraites. "Nous demandons un effort à tous, mais évidemment, a dit Marisol Touraine, ceux qui sont au minimum vieillesse verront leur retraite revalorisée au 1er avril comme c'était prévu". Pour les 600 mille bénéficiaires du minimum vieillesse, voilà une bonne nouvelle... mais une bonne nouvelle qui n'était pas forcément acquise d'entrée. D'une certaine manière, ils peuvent dire merci au quotidien Libération, qui a pointé à sa Une, vendredi, cette question du minimum vieillesse, avec un titre choc: "la grosse manip". Sous couvert d'une mesure apparement technique, le journal dénonçait un recul du gouvernement: il avait promis d'épargner les petites retraites dans sa réforme, mais au final, il n'en était rien. L'explication, la voilà: parmi les mesures annoncées la semaine dernière, une était apparue anodine, en écoutant le Premier ministre dévoiler sa réforme, mardi soir, depuis Matignon: le décalage de la revalorisation annuelle des pensions, du 1er avril au 1er octobre. "Anodine" pas longtemps, parce que quand, on avait regardé, ensuite, le détail du financement de la réforme, on s'était vite aperçu que la mesure était l'une de celles qui rapportent beaucoup. Ce décalage de 6 mois... une sorte de "gel" qui ne dit pas son nom, ou "désindexation honteuse" (puisque pendant 6 mois, on ne compense pas la hausse des prix) doit rapporter 1,4 millards d'euros, en 2020. Questionnée, ici-même, jeudi sur ce point, Marisol Touraine se justifiait: "c'est un effort mesuré, a expliqué la ministre, pour l'ensemble, insistait-elle, des retraités", sans introduire une seule nuance pour les bénéficiaires du minimum viellesse. Depuis jeudi, les choses ont, donc, changé: sans doute, par crainte de voir cette question de la contribution des petites retraites prendre plus d'ampleur. Et polluer le débat à venir. Pour elles donc, la revalorisation restera fixée au 1er avril. "Les petites retraites sont préservées" insiste Marisol Touraine. "Evidemment", et "comme prévu".

130 milliards. Les spécialistes parlent de la 3ème plus importante opération de toute l'Histoire boursière: le géant américain des télécoms Verizon s'apprête à débourser 130 millards de dollars (moitié en action, moitié en cash) pour racheter la participation que détient le Britannique Vodafone, dans leur filiale commune de téléphonie mobile, aux Etats-Unis, Verizon Wireless. L'Accord de vente devrait être annoncé, officiellement, aujourd'hui, après les votes des Conseils d'administration des 2 entreprises. On dit que parmi les derniers détails à régler, il y a le montage financier recherché par Vodafone -le vendeur- qui veut minimiser les impôts qu'il devra payer, sur sa plus-value: théoriquement, entre 30 et 40 milliards de dollars.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.