L'éco du jour présentée par Bruce de Galzain

Il est l’homme le plus riche de France, la 4e fortune du monde, Bernard Arnault, le PDG de LVMH numéro 1 mondial du luxe se fait tirer le portrait ce soir sur France 5. Mais autant vous dire tout de suite que l'on reste sur sa faim. Exemple avec l'un des moments charnières de l'ascension de Bernard Arnault : la reprise du groupe Boussac, propriétaire de Dior. Nous sommes en 1984, Boussac est en redressement depuis plus de 3 ans et le gouvernement Fabius va choisir Bernard Arnault pour reprendre la société. Dans le film, l’homme se souvient. Selon l’auteur du portrait, il va même avoir je cite l’honnêteté de reconnaître que la reprise de Boussac fût une victoire avec beaucoup d’interrogations… Suspens donc. Quelles sont ces interrogations ? Eh bien Bernard Arnault explique qu’à l’époque il avait dit à ses nouvelles troupes pour les galvaniser qu’il allait faire de Boussac le plus grand groupe de luxe du monde mais il avoue qu’il ne savait pas comment faire. Je vous avais prévenu, on reste plutôt sur sa faim, ou bien est-ce un aveu car Bernard Arnault a finalement démanteler le groupe et n'a pas tenu ses promesses sur l'emploi alors qu'il avait obtenu beaucoup d'argent public qu'il a d’ailleurs été condamné à rembourser par Bruxelles. Mais pas un mot là-dessus dans le portrait qui lui est consacré ce soir ! Non, l’auteur n’a pas cherché à percer le mystère de l’homme d’affaires, il a cherché des confessions intimes. Alors Bernard Arnault s’est quelque peu livré en montrant des films de familles, en revenant sur les lieux de son enfance, la tombe de ses grands-parents (c'est sans doute une première), son école et même sa 1ére entreprise que son père lui confia à seulement 25 ans. Mais Bernard Arnault sait ce qu’il doit et ne doit pas montrer, pour l'auteur du portrait, il est parfaitement conscient que pour de nombreux français, les riches sont presque une humanité à part bizarre dérangeante. Donc son credo en matière de communication est simple l’antibling bling absolu. On ne verra donc pas Bernard Arnault déjeuner avec Robert de Niro, discuter avec Barack Obama. On ne saura rien de ses relations si proches avec Nicolas Sarkozy dont il est témoin de mariage. Non, rien ne viendra remettre en question certaines facettes de l’un des hommes les plus puissants du monde. Rien en tous cas de la part de l’auteur de ce portrait Guillaume Durand, qui présente chaque matin la matinale de Radio Classique, propriété de… Bernard Arnault!

On attend toujours le tarif social d'EDF. Il devait être accordé automatiquement nous rappelle Le Parisien Aujourd'hui en France. Après l'annonce en grande pompe du ministre de l'Energie le 17 octobre dernier. Cela fait un mois qu'il aurait dû être attribué à tous ceux censés en profiter, mais voilà le décret n'est toujours pas publié. Aujourd'hui 650.000 foyers bénéficient du tarif de première nécessité. Deux millions y auraient droit !

Futurs allègements. C'est une étude de Bercy qui le dit, les allégements de charges sur les salaires ont jusqu’ici eu un effet massif sur l'emploi. Les futurs allègements, en échange de la hausse de la TVA, n'auront eux qu'un effet sur la compétitivité des entreprises.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.