C'est page 59 que le cadavre est, finalement, découvert. Jusque là, l'enquête -minutieuse- n'avait rien révélé de grave. C'est un encadré intitulé "les contentieux dans la programmation budgétaire" (vous l'avez compris, on est pas dans la lecture du dernier Arnaldur Idridason -excellent polar islandais-, mais bien dans "l'audit" des comptes publics, publié hier par la Cour des Comptes)... c'est page 59, donc, qu'on tombe sur le "cadavre" laissé dans le placard par la Droite, avant de quitter le pouvoir. Le gouvernement Ayrault semblait, depuis quelques jours, nous EN promettre beaucoup: on est globalement déçu. Certes la croissance a été surestimée. Certes, les prévisions de recettes d'IS... d'impôt sur les sociétés... étaient trop optimistes mais, au final les dépenses non-budgétées (comme le 10ème mois de bourse des étuduiants, la prime de Noël, les opérations militaires extérieures) ne "plombent" pas radicalement les comptes! Reste... reste quand même un cadavre: les "contentieux ficaux": on y vient. La Cour des comptes les évalue à quelque 9 milliards d'euros. 9 milliards que l'Etat français... donc vous et moi vont devoir très vite payer. Grosso modo, il s'agit d'impôts perçus, ces derniers années, par le fisc français... mais qui viennent d'être déclarés "illégaux" par la justice européenne. Je vous épargne le détail sur le contentieux dit "précompte immobilier", pour me concentrer sur le contentieux "OPCVM." Il s'agit d'organismes de placements financiers collectifs (les SICAV, notamment). La France taxait les OPCVM étrangers, pas les Français... la Cour européenne de justice y a vu une "concurrence déloyale" et vient de condamner la France à rembourser 5 milliards d'euros de taxes indûment perçues. La notification a été envoyée à Paris... le 10 mai dernier. Soit 4 jours après l'élection de François Hollande. La Gauche a très vite dénoncé un "cadeau empoisonné". Valérie Pécresse, ministre du Budget "sortante" a rétorqué, dénonçant elle, un "mauvais procès": la décision étant tombé en mai, très tard... "trop tard" (pour qu'elle puisse la prendre en compte). Eh bien, à la page 59 de l'audit, on trouve cette précision: le contentieux OPCVM était "connu, et le risque (pour les comptes publics) "correctement évalué", écrit la Cour des Comptes. "Une note a même été exposé au ministre (ministre du budget: Valérie Pécresse, donc) début février. Bien avant l'arrivée de la Gauche... mais rien a été fait, rien n'a été inscrit au budget.

Fraudes. La fraude à la carte bancaire continue de progresser. C'est la Banque de France qui le dit. L'année dernière, sur 10 mille transactions opérées par carte, 7 à 8 étaient frauduleuses. Ca fait un taux de fraude de 0,077%: en lègère hausse. Sans surprise, ce sont les paiements à distance (sur internet) qui génèrent le pluss de fraudes, par usurpation des numéros de la carte. Mais, la Banque de France note, également, la recrudescence des vols de cartes, aux guichets, le voleur ayant pris soin, préalablement, de noter le code composé par l'utilisateur.Fraudes. Autre bilan 2011, publié hier: les contrôles fiscaux ont rapporté 16 milliards 400 millions d'euros à l'Etat, l'année dernière. 4 mille foyers fiscaux ont subi un "contrôle approfondi". Comme 47 mille entreprises.Emplois. PSA Peugeot Citroën pourrait supprimer jusqu'à 10 mille emplois. C'est le chiffre qu'avancent désormais les syndicats-maison. Aulnay, Rennes et l'usine Sevelnord seraient très sévèrement touchées.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.