L'éco du jour par Régis Lachaud. _____ L'euro se rapproche en effet du seuil redouté d'1 dollar 50. Il a coté plus d'1 dollar 43 hier soir à New York, son plus haut niveau de l'année. Et, franchement, ça n'est pas une bonne nouvelle pour les entreprises européennes qui exportent, notamment les françaises. En cette période de crise et de chute de la demande un peu partout dans le monde, cet euro fort réduit mécaniquement leur compétitivité vis-à-vis des entreprises américaines mais aussi asiatiques. Ces derniers mois, l'existence de l'euro a incontestablement réduit les conséquences de la crise financière à l'intérieur de l'Europe, en nous évitant notamment les dévaluations sauvages d'antan. Rappelez-vous les fortes variations de cours entre franc, deutschmark, peseta ou lire italienne. Mais, aujourd'hui, l'évolution de l'euro vis-à-vis du dollar reste un indicateur économique surveillé comme le lait sur le feu. Si la montée se poursuit de façon durable, l'euro fort risque en effet de peser sur l'activité des grandes entreprises européennes, sans parler des incitations à délocaliser une partie de leur production vers la zone dollar. Par exemple, dans l'aéronautique ou encore dans l'automobile, secteur déjà très touché, où la concurrence est rude et les surproductions sont importantes. Le prix devient donc un critère d'achat très important. Ce matin, le patron des patrons européens, Ernest-Antoine Seillière, tire d'ailleurs la sonnette d'alarme dans le quotidien "Les Echos". Pour lui, "le seuil d'alerte" entre guillemets est franchi ! Rappelons que depuis sa création, la valeur de l'euro a fortement varié. Du simple au double, entre 1 dollar 60 au plus haut (nous n'en sommes plus très loin) et zéro dollar 83 au plus bas au début des années 2000. Tout le monde se plaignait alors de la faiblesse de l'euro, qui a d'autres inconvénients. En fait, la plupart des spécialistes situent le cours d'équilibre entre ces deux extrêmes, autour d'un dollar 20 pour un euro. Bonne performance du marché automobile français. Les ventes de voitures neuves ont augmenté de 12% le mois dernier dans l'hexagone,selon le comité des constructeurs. Du coup, le marché français limite la casse sur les cinq premiers mois de l'année, avec une baisse des ventes de seulement 1,4%, grâce notamment à la prime à la casse et au bonus écologique. Hyundaï, Mercedes, Citroën et Fiat sont les marques qui profitent le plus de cette bonne tenue des immatriculations en mai. Nouvel échec dans les négociations entre producteurs laitiers et industriels sur le prix du lait. Les discussions ont été interrompues la nuit dernière sans qu'un compromis ne soit trouvé par les participants. Aucune nouvelle réunion n'est prévue, selon la Fédération Nationale des Producteurs laitiers. 15,6 milliards d'euros. C'est le montant des redressements émis l'an dernier par le fisc , lors des 52 000 contrôles fiscaux effectués pendant l'année. Selon ce bilan 2008 publié hier par Bercy, 4 166 particuliers et près de 48 000 entreprises ont été contrôlés. "La France est un pays de civisme fiscal" a déclaré le ministre du budget Eric Woerth, soulignant que plus de 98% des contribuables paient spontanément leurs impôts.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.