C'est l'une des 7 régions qui échappent au "redécoupage Hollande". Mais c'est aussi la seule région -la seule!- qui n'a pas connu de crise depuis 20 ans. Cette région, c'est la Corse! C'est le plus surprenant résultat de l'enquête que publie, ce matin, l'INSEE, enquête consacrée opportunément à la "croissance dans les Régions". Sa conclusion: avec la crise, les disparités régionales s'accentent, mais à ce petit jeu, donc, la Corse s'en sort haut la main. Il y a eu 2 récessions en France, au cours des 20 dernières années: 1993 (des incertitudes sur la taux de change, la récession en Allemagne qui nous entraine), et celle de 2008/2009 (qu'on ne présente plus): la crise fiancière. Au final, une seule région, sur la période a toujours connu une croissance positive: c'est la Corse! Sur 20 ans, l'île -c'est vrai en partant de très bas, c'est vrai en étant aidée, l'île affiche la croissance annuelle moyenne la plus forte (si on exclut l'outremer): 2,6% par an entre 1993 ert 2011. Sur la même période, la Lorraine et la Piccardie, les plus mauvaises, n'atteignent pas 1%. La dernière crise, celle de 2008/2009, a clairement accentué les disparités régionales. Les gagnantes: elles étaient déjà plus dynamiques avant, elles le sont encore plus en en sortant: ce sont les régions de la façade atlantique (les pays de Loire, l'Aquitaine, le Poitou-Charente), l'Ile-de-France et Rhône-Alpes. Les perdantes, à l'inverse: le quart nord-est (c'est-à-dire l'Alsace, la Bourgogne, Champagne-Ardenne, la France-Comté, la Lorraine, la Piccardie), on ajoute l'Auvergne, le Centre, le Limousin. Ces régions-là, fin 2011, n'avaient pas retrouvé leur niveau d'avant-crise. Comme le Languedoc-Roussillon et la Bretagne, pourtant très dynamiques. En fait, ces disparités régionales s'expliquent, surtout par la démographie. L'INSEE le souligne. Bien-sûr, ce sont les régions qui ont misé sur les services qui sont reparties plus vite. Bien-sûr, les restructurations industrielles, les fermetures d'usines ont joué un rôle, mais il est marginal. En fait, la croissance de la population est primordiale. Les régions atlantiques et méditerranéennes, comme Rhône-Alpes, bénéficient d'un accroissement notable de leur population et c'est un cercle vertueux qui s'est mis en place: plus de population, c'est plus d'activités. Qui aimantent et provoquent de nouvelles implantations. Ces régions bénéficient aussi, et c'est l'autre raison de leur réussite, d'une forte activité touristique.

Trop de banques! "Le système bancaire européen est saturé, et du coup, il déséquilibre l'ensemble de l'économie de notre continent": c'est la conclusion d'un rapport d'experts universitaires... rapport remis hier au Conseil européen du risque systémique (ça existe), organisme lié à la Banque Centrale Européenne. Fin 2012, les 20 plus grands établissements bancaires européens détenaient 17 mille 400 milliards d'euros, presque 2 fois pluss que les 20 premières banques des Etats-Unis. Les conséquences de ce système bancaire hypertrophié (selon ces experts), c'est un surinvestissement dans l'immobilier, et surtout le détournement des compétences, au détriment des secteurs non financiers.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.