Une chronique de Régis Lachaud. La réforme fiscale, tout le monde en parle... Nicolas Sarkozy l'a annoncé pour le printemps prochain, histoire de calmer certains parlementaires de sa majorité impatients d'en découdre avec le bouclier fiscal, de plus en plus impopulaire... Jean Louis Borloo évoque, lui, un "grenelle de la fiscalité", on vient de l'entendre... Tout le monde en parle et pour cause... La crise a laissé des déficits publics énormes et une dette qui a enflé à des niveaux records... Cela dit, chacun met un peu ce qu'il veut dans cette grande réforme fiscale. On est à priori loin du consensus mais des pistes de travail existent pour alimenter un vaste débat public... A droite, on parle donc de supprimer le bouclier fiscal et de modifier l'ISF, l'impot sur la fortune... La proposition revient chaque automne au Parlement depuis trois ans... Jean Arthuis et d'autres sénateurs proposent même de supprimer les deux, ISF et bouclier... Tout en créant une nouvelle tranche d'impot pour les revenus les plus élevés, afin de compenser les pertes de recettes fiscales... A gauche, on imagine notamment de fusionner la CSG et l'impot sur le revenu pour batir un nouvel impot citoyen, plus progressif.... Mais, globalement, la réflexion tourne autour des mêmes contraintes économiques et financières: faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat sans décourager pour autant la création d'emploi et d'activité sur le territoire français... Et, pour çà, de nombreux économistes s'accordent sur les caractéristiques d'un impot efficace en 2010: En jargon, çà donne "assiette large et taux étroit" entre guillemets... Autrement dit, tout le monde doit payer cet impot mais de manière la plus indolore possible (on parle aussi de prélèvement à la source)... D'ailleurs, les différentes réformes fiscales mises en place depuis 20 ans, à gauche comme à droite, ont toutes été dans ce sens: baisse des taux d'imposition (notamment sur le revenu) et élargissement du nombre des contribuables touchés (création puis augmentations successives de la CSG, par exemple, pour toucher aussi les revenus de l'épargne)...L'autre impot qui répond à cette logique d'assiette large s'appelle TVA... Certains aimeraient d'ailleurs l'utiliser pour réduires les charges sociales, c'est à dire le cout d'un emploi salarié pour les entreprises établies en France... Divers projets de "TVA sociale" entre guillemets ont été lancés ces dernières années, sans grand succès... Au moins pour l'instant... Le débat fiscal ne fait que commencer... Les ventes de voitures neuves ont une nouvelle fois chuté le mois dernier en France... Moins 18,7% en rythme annuel selon les chiffres du CCFA, le Comité des constructeurs français... C'est la sixième baisse mensuelle consécutive... Les professionnels lient cette rechute à la disparition progressive de la prime à la casse qui avait largement dopé les ventes en 2009... En revanche, le marché immobilier se redresse dans l'ancien... Selon l'indice INSEE-Notaires de France, les prix des maisons et appartement ont augmenté en moyenne de 6,3% au second trimestre.. Et puis, la semaine de la finance solidaire organisée par l'association Finansol s'ouvre aujourd'hui dans toute la France... Pour la troisième année consécutive, de nombreuses manifestations seront organisées pour inciter les épargnants à investir une partie de leur argent dans des activités à forte utilité sociale...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.