L'éco du jour par Régis Lachaud. ___ L'association de consommateurs UFC-Que choisir a annoncé hier avoir porté plainte au pénal contre le promoteur immobilier Akerys qu'elle accuse de pratiques commerciales abusives. Une plainte pour "tromperie" déposée avant hier au Tribunal de Grande Instance de Paris. UFC-Que choisir dénonce un argumentaire mensonger fourni par l'entreprise à ses commerciaux chargés de vendre des appartements en investissement locatif, avec défiscalisation à la clé. Que contenait cet argumentaire ? Une « garantie de locataire » entre guillemets. Selon l'association, les commerciaux chargés de vendre ces appartements devaient assurer à leur client que l'investissement ne comporte aucun risque. Cette garantie de locataire les assurait du paiement d'un loyer qui couvrait chaque mois une bonne partie de l'emprunt d'achat. Loyer qui permettait également de bénéficier de l'avantage fiscal, présenté comme une certitude par le promoteur. Seul problème, certains appartements n'ont pas trouvé de locataire. Et là, non seulement le propriétaire trompé ne bénéficie pas de l'avantage fiscal (lois de Robien ou Demessine) mais, en plus, il ne peut plus payer les mensualités du crédit puisqu'il ne reçoit pas de loyer chaque mois. Des milliers de petits épargnants se sont ainsi retrouvés piégés depuis quelques années. Avec, dans les cas les plus graves, la présence en plus d'un emprunt à taux variable dont les mensualités ont augmenté, forçant parfois le propriétaire à revendre à perte. La Société AKERYS est un promoteur basé à Toulouse et, selon UFC Que Choisir, il possède des filiales à tous les stades du processus. Construction des bâtiments, centres d'appel pour démarcher les particuliers, cellule de ventes aux investisseurs, gestion des appartements loués et, même, paradoxe suprême, une association de défense des consommateurs. C'est d'ailleurs un article publié en septembre dernier par le mensuel "Que choisir" qui avait déclenché de nombreuses réactions de la part des lecteurs. Dans un communiqué publié hier, Akerys souligne la faible proportion d'appartements vacants mais reconnaît quelques annulations de vente. La procédure judiciaire ne fait, de toute façon, que commencer mais une chose est sûre : la plus grande prudence s'impose si vous souhaitez investir dans l'immobilier locatif, y compris avec la nouvelle loi Scellier, en vigueur depuis janvier. Un accord a été trouvé pendant la nuit sur le prix du lait. 280 euros les mille litres ou 28 centimes le litre. Ce tarif est le résultat d'une nouvelle séance de négociations entre producteurs et industriels. Après l'échec de la veille, le ministre de l'agriculture, Michel Banier, a débloqué une enveloppe de 30 millions d'euros d'aides publiques pour faciliter cet accord. Un progrès pour les stagiaires en entreprises. Les députés ont voté pendant la nuit un amendement prévoyant le paiement d'un stage dès le deuxième mois et non plus au bout du troisième. Cet amendement à la proposition de loi UMP sur le maintien et la création d'emplois doit encore être approuvé par les sénateurs avant d'entrer en vigueur. La fin du secret bancaire entre la France et le Luxembourg. Un avenant à la convention fiscale bilatérale a été signé hier par les ministres des finances des deux pays. Cet accord s'inscrit dans le cadre des engagements pris par les chefs d'Etats du G20 au sommet de Londres.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.