Drapeau suisse
Drapeau suisse © CC Airflore / http://www.flickr.com/photos/airflore/3489590152/sizes/l/in/photostream/

L'initiative est populaire et le vote massif, hier 68% des Suisses ont voté contre les rémunérations abusives. Ce riche petit pays va se payer le luxe d'avoir l'un des systèmes de rémunération des dirigeants d'entreprises cotées les plus contrôlés ! Désormais (ou dans un an le temps de le mettre en place), ce sont les actionnaires qui décideront chaque année des salaires des gouvernants de la société, des gouvernants qui seront privés de parachutes dorés, de golden hello (les primes de bienvenue) et de tout autres primes pour achat ou vente d'entreprises. Ces nouvelles dispositions feront loi et même plus, elles seront inscrites dans la Constitution. Et si elles ne sont pas respectées, la sanction sera lourde, une amende pouvant aller jusqu'à 6 ans de salaire annuel et même 3 ans de prison ! Cette initiative populaire, c'est un chef d'entreprise depuis peu sénateur qui l'a proposée, il y a plus de 10 ans. Echaudé à l'époque par la chute de Swissair dont il était fournisseur, il a perdu 500.000 francs suisses alors que le nouveau patron de Swissair se voyait gratifier d'une prime de bienvenue de 12 millions et demi ! C'est donc lui qui a mené la contestation en Suisse et c'est le peuple qui a voté à une très large majorité. L'équivalent du Medef suisse était contre, le gouvernement était contre et le Parlement a proposé un contre-projet plus modéré. Et pourtant ne serait-ce pas au politique de comprendre l'exaspération de l'opinion ? Depuis le début de la crise de 2008, les prises de paroles dans l'Union européenne se sont multipliées. Mais ironie du sort c'est la Suisse qui donne cet exemple même si les Pays-Bas notamment et peut-être l'Allemagne demain ont ou vont légiférer ! La France elle s'est dotée d'un code de bonne conduite pas vraiment contraignant et s'est attaquée aux rémunérations des dirigeants d'entreprises publiques. Mais quid des salaires du privé ? Retraites chapeaux et parachutes dorés sont très taxés mais pas interdits ! Alors la France ira-t-elle plus loin désormais ? Le ministre de l'Economie disait hier regarder avec intérêt ce genre de décision car selon lui elle va dans le sens de ce que fait la France avec sa taxe à 75% dont une nouvelle mouture sera présentée dans moins de 15 jours. Selon Pierre Moscovici, le vote suisse permet de relativiser le "french bashing" quand certains attaquent une fiscalité devenue confiscatoire. Quant à l'inquiétude de l'exil fiscal mise en avant également par les pourfendeurs de l'initiative suisse, le ministre de l'Economie est catégorique, il n'y en a pas davantage que par le passé ; il donnera les derniers chiffres dans les prochains jours. Alors certains se demandent maintenant pourquoi la France ne passe pas à la vitesse supérieure pour lutter contre les rémunérations abusives !

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.