C'est le match du moment. Qui cache la grande affaire boursière de la semaine.

Katy Perry, reine de Twitter
Katy Perry, reine de Twitter © radio-france

Depuis quelques heures, la chanteuse Katy Perry est devenue la star la plus suivie sur Twitter. Elle affichait, il y a une heure, plus de 46 millions et demi de "followers", d'internautes, abonnés à ses tweets, des micro-messages d'intérêt, très variables. L'événement, c'est que Katy Perry vient tout juste de détroner Justin Bieber, le très jeune chanteur, grand utilisateur de Twitter, qui doit sa notorité, en grande partie, au réseau social. Selon une spécialiste de Twitter, c'est dimanche que Justin Bieber s'est fait doubler. "L'histoire nous a appris une chose", dit cette spécialiste qui cite le précédent Lady Gaga, "c'est qu'une fois que quelqu'un a été dépassé, il ne reprend jamais la première place". Sachez que Barack Obama est la 4ème personnalité la plus suivie sur Twitter. Thomas Legrand arrive loin derrière, avec 31 mille abonnés.

Cette effervescence autour de Twitter, et de la place de n°1, arrive à point nommé pour faire parler du réseau social. Le site de micro-blogs doit faire son entrée à Wall Street, cette semaine (jeudi, normalement) et c'est l'introduction en bourse la plus attendue de l'année. Et il s'agit de ne pas la rater. Autrement dit, de ne pas rejouer le cauchemar qu'a vécu, il y a 1 an et demi, Facebook: sa première séance de cotation a été gachée par des problèmes techniques (trop d'ordres passés en même temps), et puis surtout, le titre s'est effondré dans les jours, les mois qui ont suivi. Alors cette fois-ci, tout est fait pour ça marche: d'abord, techniquement (un test grandeur nature a été mené), et côté prix, Twitter se montre beaucoup plus raisonnable, même si son cours d'introduction a été relévé, hier.

Facebook, depuis sa mésaventure s'est redressé et Twitter espère, aujourd'hui, montrer, dans son sillage, que son modèle économique est viable: qu'il sait transformer son immense audience, en monnaie sonnante et trébuchante. Et pour réussir son entrée et montrer qu'il a encore plus de potentiel, le site explique qu'il sait capter plus de jeunes que son "ancêtre" Facebook. La "guéguerre" Katy Perry/Justine Bieber arrive, opportunément, pour le rappeler.

B & You
B & You © radio-france

Combat de "box". On croyait terminée cette guerre des "box", avec un prix-plancher autour de 30 euros. Et bien non. Bouygues Telecom, via sa filiale B&You, lance une Box ADSL à 15,99 euros, par mois. Il le jure: "il n'y a pas de coûts cachés". Il faudra, cela dit, acheter l'appareil (35 euros), une "box" qui ne sera que "double play", internet et téléphone. Pas la télévision, mais pour Bouygues, beaucoup de foyers ne la regardent plus que sur ordinateurs et tablettes numériques.Dévissage. Le constructeur automobile japonais, allié de Renault, Nissan a dévissé, ce matin, à la bourse de Tokyo. -10%, après son alerte sur résultats.Crise. 2 tiers des chefs d'entreprises estiment que la "crise reste devant eux". Sondage réalisé pour le Parlement des Entrepreneurs d'avenir, qui se tient aujourd'hui à Paris. Ce contexte limite leurs actions environnementales, sociales ou sociétales mais elles sont un bon moyen de rester compétitififs, pour la moitié des patrons interrogés.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.