On n'est plus très loin d'un scandale de ce genre. Natixis, c'est la filiale commune des Caisses d'Epargne et des Banques Populaire. C'est une banque... une banque d'investissement, sans activités "grand public". C'est ce qui explique qu'on la connaît moins que les autres. C'est aussi ce qui explique aujourd'hui, ses très grandes difficultés... en raison de la crise des subprimes. Comme d'autres, elle y a cru. Comme les autres, elle perd beaucoup d'argent depuis plus d'un an. Résulat: son cours a chuté de 70% depuis son introduction en bourse... une introduction qui n'est pas vieille du tout : c'était fin 2006. L'action, à l'époque, a été vendue 19 euros 55. Elle vaut moins de 6 euros désormais. Ce vendredi, Natixis lance, donc... pour sauver sa peau, une augmentation de capital à "prix cassés", comme disent les grands magasins. L'action est proposée à 2 euros 25... une "décôte" jamais vue... de 60%, mais Natixis ne peut pas se permettre de rater son opération. Les petits actionnaires de la banque (presque 3 millions avaient participé à l'entrée en bourse), ces actionnaires sont "fous de rage". Ils se sentent légitimement floués... "plumés". La semaine dernière, lors d'une Assemblée générale, ils ne se sont pas privés d'ailleurs de le faire savoir, non seulement, aux dirigeants de Natixis... mais aussi et surtout aux patrons des 2 banques mutalistes, les 2 maisons-mères: la Caisse d'Epargne et les Banques Populaires. Ce sont elles qui ont poussé un grand nombre de leurs clients à acheter des actions de leur bébé Natixis. Certains ont vidé leur Livret A pour ce placement qu'on leur présentait comme "sans risque". Internet, c'est cruel, on retrouve tout: un spécialiste, fin 2006, disait "Natixis, c'est un dossier tranquille"! La déprime des places boursières. Elles ont toutes fortement reculé. Autour de 3% en Europe. -3,22% à Paris. Même chose à Wall Street. C'est le ralentissement économique qui préoccupe les marchés financiers. La Banque Centrale Européenne a révisé à la baisse ses prévisions de croissance, mais, dans le même temps, elle a fermé la porte à une prochaine diminition des taux d'intérêt européens. L'euro est à son niveau le plus bas niveau depuis décembre dernier. Y'a-t-il un Accord secret entre Air France/KLM et Alitalia ? "Oui", révèle le quotidien "La Tribune", ce matin. La compagnie italienne, qui vient de lancer un vaste plan d'économies pour se sauver de la faillite, aurait proposé à Air France de devenir l'actionnaire majoritaire de la société italienne. Dans 5 ans. La même proposition a, toutefois, peut-être été également faite à Lufthansa ou British Airways. Roselyne Bachelot veut plus de transparence dans les tarifs des médecins. La ministre de la Santé annonce, ce matin, plusieurs mesures pour éviter et sanctionner les dérapages. Un devis sera, par exemple désormais, obligatoire pour tout acte ou intervention (chez le médecin ou le dentiste) pour tout acte supérieur à 70 euros.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.