C'était hier après-midi, au siège du PS. Martine Aubry venait de présenter, à la presse, le programme socialiste pour 2012. Les journalistes économiques sont alors conviés à une rencontre plus restreinte (entre gens sérieux!), pour évoquer le financement de ce projet. Michel Sapin, chargé de l'économie au PS, et Pierre-Alain Muet, le député du Rhône (économiste de formation) sont là. "Avec Pierre-Alain, c'est nous avons qui avons travaillé à ce cadrage macro-économique", dit en guise d'introduction Michal Sapin: "c'est bien la première preuve qu'il existe" ajoute-t-il en boutade. Comme un premier indice: le Parti Socialiste veut impérativement montrer que son projet est réaliste, sérieux. Fiable. Sapin poursuit: "vous trouverez tous les détails page 19 du document de synthèse". Eclat de rire général: la page est blanche! On cherche... et c'est finalement page 38 qu'il faut aller trouver ce chiffrage pour la période 2012/2017. C'est assez simple sur le papier (page 38, donc): sur 5 ans, 25 milliards d'euros de mesures nouvelles, financées par la croissance et la suppression des niches fiscales. 25 autres milliards iront à la réduction de la dette, qui sera bien une priorité socialiste. "Donc, vous augmenterez les impôts de 50 milliards?" demande un confrère. "Ah non, répond le responsable, supprimer des niches fiscales, ce n'est pas augmenter les impôts!" C'est drôle parce que c'est exactement comme ça que se justifie, aujourd'hui, la Droite au pouvoir, quand elle supprime... par exemple, la TVA sur les box internet. Pierre-Alain Muet précise: les Socialistes au pouvoir n'augmentront pas les taux d'imposition parce que la réforme fiscale annoncée, avec notamment la fusion de l'impôt sur le revenu et de CSG, permettra d'élargir l'assiette d'imposition, et de taxer plus lourdement les riches que les pauvres. Et ça devrait, donc, suffire. Les responsables socialistes, au cours de cette séance, ont également défendu le retour des "emploi-jeunes": en période de crise, ils permettront 300 mille embauches, là où le système des heures supplémentaires de Nicolas Sarkozy en détruit 80 mille! Une autre question fuse alors sur les prévisions économiques "trop optimistes" sur lesquelles repose ce projet: 2,5% en moyenne sur 5 ans, "ça n'est jamais arrivé!", lâche un confrère. "Détrompez vous", répondent les Socialistes, sourire au lèvre et contents de leur effet: "c'est arrivé entre 1997 et 2002. Jospin était au pouvoir". Vaste remue-ménage au rayon "biscuits". La coopérative agricole Limagrain, qui possède, notamment les pains "Jacquet", serait en passe de racheter les gâteaux "Savane", et les fameux "Papy Brossard". Limagrain est entré en "négociation exclusive", comme on dit, avec leur propriétaire. Au même moment, on apprend que les galettes Saint-Michel veulent s'emparer du fabricant des "Palmito"! EDF et NOME. Décrochage, hier, à la bourse du titre EDF: -3,72%. 2 milliards de perdu, en une seule journée. C'est la conséquence des mesures, annoncées hier par le Premier ministre, pour limiter les hausses des tarifs de l'électricité d'ici à l'été 2012. Selon les Echos ce matin, le gouvernement réflichirait à reporter l'application de la NOME, qui oblige EDF a vendre une partie de sa production nucléaire, à ses concurrents. 0 euro. Un Rapport de Bercy le confirme: le pétrolier Total a payé 0 euros d'impôt sur les sociétés en France, l'année dernière. Et ce sera pareil, cette année.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.