C'était en mai 2003, à Dijon. Le Parti Socialiste, encore traumatisé par l'échec de Lionel Jospin à la Présidentielle l'année d'avant, tient son Congrés... un congrés "à gauche toute" affirment les commentateurs de l'époque. Les militants réservent d'ailleurs une ovation... à Bernard Thibault. Le leader de la CGT incarne, alors, la résistance au gouvernement Raffarin, et surtout à la réforme des retraites que vient de proposer le ministre du travail, François Fillon. La CFDT, elle, c'est le "social-traite", sifflée dans les manifs, quittée par ses militants: le syndicat -horreur!-a négocié avec le gouvernement, et en compensation de l'allongement de la durée de cotisation pour la fonction publique, il a obtenu un geste pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, ce qu'on appellera les "carrières longues".9 ans plus tard, quel changement! Un Socialiste est à l'Elysée. Un autre à Matignon. Bernard Thinault, lui, est en train de rater sa sortie (son syndicat s'enfonce dans une "guerre de succession"). Et la CFDT est au centre du jeu! Comme en entre-temps, l'organisation de François Chérèque a subi, une certaine forme de mépris sous Nicolas Sarkozy (bien aidé, au début du mandat, par son conseiller, Raymond Soubie), la centrale, aujourd'hui, savoure son retour en grâce. François Chérèque, par exemple, ne cache pas sa satisfaction de voir les Socialistes s'appuyer, désormais, sur les "carrières longues" pour afficher un retour à la retraite à 60 ans. C'est bien l'extension de ce dispositif (à ceux qui ont commencé à travailler à 18 et 19 ans) que va annoncer le gouvernement, tout à l'heure. Pour la CFDT et son secrétaire général, tout ça, sonne comme une revanche de 2003. Une revanche plus large encore, parce que (tout le monde le constate) la CFDT inspire beaucoup le nouveau gouvernement. Alors que la CGT a la tête ailleurs, alors que Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière se tient, lui, à bonne distance, pour prouver son indépendance, la CFDT semble, elle, imposer ses thèmes, et sa méthode au nouveau pouvoir. Ce n'est, finalement, ni une surprise, ni un hasard quand on sait que Jacky Bontems, ancien n°2 de la CFDT (pendant près de 20 ans!) a été, pendant la campagne, le conseiller social du candidat Hollande.

Et si on notait... les agences de notations? C'est l'idée qu'a eu la Mission d'information sur les agences de notation, qui poursuit ses travaux, actuellement au Sénat. 350 investisseurs professionnels ont été sondés. Ils accordent, au final, une note "passable" aux 3 grandes agences: 2,9 sur 5.Moody's, cette nuit, a dégradé les notes de plusieurs banques allemandes et autrichiennes: "elles n'ont pas les capacités de résister à une aggravation de la crise" estime l'agence.Alerte. Une aggravation qui arrive: hier, l'Espagne a demandé à l'Europe de l'aider à sauver son système bancaire. Chypre, également, prévient que ses banques sont en difficulté.Dégringolade. Facebook poursuit sa chute. Le titre a terminé sous les 26 dollars, hier... un recul de 32% en un peu plus de 15 jours de cotation, à Wall Street.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.