Qu'est-ce qu'être français? On le sait, cette question a beaucoup agité, la classe politique, il y a quelques mois. "Débat et manoeuvre polticienne totalement ratés" m'a ré-expliqué Thomas Legrand, hors antenne tout à l'heure... mais débat, auquel l'INSEE, apporte, d'une certaine manière, ce matin sa contribution. Qu'est-ce qu'être français? Notre Institut National de la Statistique donne un bout de la réponse (un petit bout...): être français, c'est être un... consommateur. C'est ce qui ressort d'une étude inédite de l'INSEE, qui a établi un classement des pays européens, en fonction de leur consommation. La démarche renvoie au rapport de la Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi qui préconisait que les statistiques prennent plus en compte le "ressenti"... la réalité vécue par les "vrais gens". Résultat: les Français consomment, globalement, plus que leurs voisins européens. La France, 11ème du continent en terme de richesse crée par habitant, se situe 4 rangs plus haut, en matière de consommation. A la 7ème place, donc. Les ménages français consomment 13% de plus qu'un ménage européen moyen, malgré des prix nettement plus élevés (autre caractéristique française). Nous sommes derrière les Luxembourgeois et les Britanniques, largement en tête... un peu derrière les Allemands. Alors évidemment, c'est dans le détail que l'étude devient particulièrement intéressante. Par rapport à ses voisins les plus proches et de taille comparable, la France consomme davantage de produits alimentaires que ses voisins. "On mange plus", pourrait-on dire. En tout cas, notre "budget bouffe" est plus important que celui des Allemands ou des Britanniques. On mange, par exemple, 3 fois plus de poissons qu'un Allemand. Et une fois et demi plus de viande. A l'inverse, l'Allemand est plus friand que nous, de produits à base de céréales et de boissons non alcoolisées. Si on continue, grâce à l'INSEE, à dresser le portrait du consommateur français, on s'aperçoit qu'il dépense moins son argent en vêtements et en chaussures qu'un Italien (le cliché est confirmé). Et même qu'un Britannique (là, ça devient vexant). En revanche, les dépenses liées au logement sont plus élevées en France qu'ailleurs (ça ne va pas nous rassurer). C'est le cas aussi pour l'ameublement, l'eau et l'énergie. Le Français dépense également beaucoup d'argent pour sa santé, l'éducation, les loisirs et la culture. Mais, là l'étude montre qu'une part non-négligeable est prise en charge directement par l'Etat. Dernier constat, qui va à l'encontre, peut-être d'une idée reçue: les Français fréquentent moins que leurs voisins européens, les restaurants et les cafés. Le spectaculaire recul du prix du pétrole. Le brut américain est passé, hier soir, à New York sous la barre symbolique des 100 dollars le baril: c'est la première fois depuis 2 mois. C'est le résultat de 4 séances consécutives de baisse. Le baril, en 4 jours, a perdu plus de 14 dollars, soit 12% de sa valeur. c'est la publication de mauvais indicateurs économiques aux Etats-Unis qui explique, en partie, le recul d'hier. Mais euro, aussi, recule. Cette baisse des cours du pétrole ne va, peut-être, pas forcément se répercuter sur les prix à la pompe, parce que l'euro, dans le même temps, hier, a reculé, lui aussi. Face au dollar. Un phénomène efface, l'autre, donc. La monnaie européenne est passée de 1 dollar 48, à 1 dollar 46 après la décision de la Banque Centrale Européenne, de maintenir inchangé son principal taux directeur.

L'équipe

(ré)écouter L'éco du jour Voir les autres diffusions de l'émission

La grandeur de la France

Les clichés

Les intellectuels

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.