Vous connaissez forcément Paris Hilton. C'est la jeune et riche héritière de la chaîne d'hôtels du même nom. Elle passe sa vie à remplir les colonnes des jounaux people de ses frasques : c'est son métier, si on peut dire. L'un des derniers épisodes en date, c'est cet accès de folie acheteuse pour le réveillon du Nouvel An, la semaine dernière. A Sydney, elle a dépensé presque 4 000 dollars, en 40 minutes, en vêtements et autres accessoires. C'est pas énorme finalement, mais des associations caritatives locales ont dénoncé son "indécence" en cette période de crise. En guise de réponse, Paris Hilton a donné cette leçon d'économie à tout le monde : "acheter, c'est défendre l'économie" a-t-elle dit, rejoignant, du même coup, Keynes (par exemple) et le dernier Prix Nobel d'économie en date, Paul Krugman. Eh bien, avec les soldes qui commencent aujourd'hui, le gouvernement espère bien que nous allons tous réveiller la "Paris Hilton" qui est en nous. "Consommez, consommez" a quasiment lâché, hier, Christine Lagarde, la ministre de l'Economie qui s'est montrée rassurée par les premiers chiffres des ventes de Noël : ils sont moins mauvais qu'attendus. Et même parfois bons. C'est aussi ce que disent, certains grands distributeurs. Ces chiffres, du coup, permettent au gouvernement de justifier l'absence, ou la quasi-absence de mesures de soutien à la consommation dans son "Plan de relance à 26 milliards". Cette période des soldes va lui offrir, certainement, une pause (les rabais "géants" promis partout, vont évidemment soutenir les ventes, pendant ce mois de janvier) mais, après peut-être, faudra-t-il se soucier de la consommation. Avec la baisse des prix des matières premières (du pétrole notamment), une inflation revenue sous les 2%, en Europe, les Français constatent forcément un "regain" instantané de leur pouvoir d'achat. Ceux qui n'ont pas été directement touchés par la crise, en fin d'année dernière, n'ont rien changé jusqu'ici à leurs habitudes de consommation. Mais dans quelques semaines, tout peut changer. Finalement, ces soldes pourraient ressembler à une sorte de "baroud d'honneur" des consommateurs français. La morale : "n'est pas Paris Hilton qui peut"! La relance à l'Assemblée. Il s'agit, concrètement, de 2 textes distincts qui misent (presque) tout sur l'investissement public et le soutien aux entreprises. Au total, le gouvernement affiche 26 milliards d'euros, mais la plupart représentent des dépenses "anticipées" plutôt que des dépenses nouvelles, ce qui fait dire à beaucoup qu'il faudra, très vite, un "deuxième plan". Dans un entretien accordé aux "Echos" ce matin, Gilles Carrez, le Rapporteur UMP du Budget, reconnaît qu'un soutien supplémentaire à la consommation des ménages les plus modestes devrait être envisagé : en revalorisant le futur RSA, la Prime pour l'Emploi et les allocations logement, propose-t-il. Le gaz russe va-t-il manquer ? Risque-t-on le "block-out" électrique ? Deux questions essentielles alors que les températures sont au plus bas. Côté gaz, GDF Suez a reconnu, hier soir, que ses livraisons en provenance de la Russie ont chuté de 70%, mais l'entreprise assure que ses clients sont livrés normalement. Pour l'électricité, les Centrales d'EDF tournent à plein régime. Nouveau record de consommation, hier soir. "On est toujours un peu sur le fil du rasoir" reconnaît le patron de RTE qui gère le réseau de distribution d'électricité, en France.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.