Le "bug de l'An 2010", c'est comme ça qu'on appelle l'immense panne que vivent depuis 7 jours... depuis le 1er janvier, en Allemagne, quelque 30 millions de détenteurs de cartes bancaires. Une carte sur quatre est concernée! Depuis le passage à la nouvelle année, ils ne peuvent plus.. ni payer leurs achats aux caisses des magasins.. ni retirer de l'argent aux distributeurs automatiques. En Allemagne, c'est -et on le comprend!-, une affaire qui énerve. Les consommateurs s'en prennent à leurs banques et négocient déjà le remboursement de tous les frais que ce "bug" va occasionner. Les commerçants allemands, eux, sont furieux: ces gros soucis arrivent en pleine période de soldes, et c'est évidemment "pas bon" pour le chiffre d'affaire. Reste qu'à l'origine de cette panne géante... eh bien c'est un Français qui est montré du doigt, Gemalto. C'est le leader mondial pour la fabrication des cartes à puces électroniques. Il écrase la concurrence avec 40% de part de part de marché. Mais voilà, ce sont SES cartes.. les cartes Gemalto, et seulement elles, qui "bugent" en ce moment en Allemagne. Le groupe français nie tout défaut de fabrication... le "bug" viendrait plutôt d'une erreur de programmation logicielle (la responsabilité serait donc partagée avec les banques). C'est rassurant (d'un côté) parce que, pour permettre un retour à la normale, les banques allemandes n'auront, sans doute, pas à remplacer les 30 millions de cartes bancaires en cause. L'opération leur aurait coûté près de 300 millions d'euros! C'est inquiètant, cela dit, d'autre part, parce que le Français Gemalto -si la faute lui incombe, finalement- est pris en défaut sur son coeur de métier: la sécurité numérique! Il a beau expliquer que c'est tout l'inverse, que le bug est dû, au contraire à un "excès de sécurité" (c'est parce que la carte et le distibuteur n'arrivent pas à se parler correctement que les opérations de retraits d'argent liquide sont bloquée), le mal est fait, son image est écornée. Ses concurrents ne se privent pas pour signaler que leurs cartes, elles, ne confondent pas 2009 et 2010 et qu'elles fonctionnent très bien. A la bourse, également, le titre Gemalto est sanctionné: -3,37%, hier. Auchan va ouvrir un hypermarché... hard discount! Ce sera le premier du genre en France puisque les magasins de "hard discount", aujourd'hui, sont des supermarchés, 10 fois plus petits. C'est une information à la une du Figaro, ce matin: Auchan va, donc, se lancer. L'ouverture de cet hypermarché hard-discount est prévue pour mars. 9000 m2, près de Mulhouse. En fait, il s'agit de la transformation d'un hyper "Auchan" (qui ne marchait pas très bien) en une nouvelle enseigne: PRIBA. Près de 30 mille produits, alimentaires ou non-alimentaires, seront référencés. Soit au moins 3 fois plus que dans un magasin hard-discount classique. Laurence Parisot... affaiblie. Après la démission, hier, de son directeur général. Au Médef. C'est le 3ème en 18 mois. Jean-Charles Simon claque la porte, estimant qu'il ne peut plus travailler dans de bonnes conditions. A 6 mois de l'élection pour la présidence du Médef, c'est un nouveau "coup dur" pour Laurence Parisot, candidate à sa réélection et qui a dû, déjà juste avant Noël enregistrer le départ du Médef des industries agroalimentaires. Qui ont dénoncé sa gestion "trop personnelle" de l'organisation patronale. Le pétrole... toujours en hausse. Plus de 83 dollars le baril, hier.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.