C'est une information attendue, "un train qui arrive à l'heure" dirait-on dans les écoles de journalisme. Et c'est aussi une question assez puérile, finalement, l'éternelle compétition pour savoir sur celui qui a la plus grosse, la plus grosse richesse, en l'occurence. Ce matin, le Figaro annonce que la France n'est plus la 5ème puissance économique mondiale. Elle vient, juste, de se faire doubler par le Royaume-Uni. Les chiffres ne sont pas définifs, précise le journal, mais l'écart entre les 2 pays ne peut plus être remis en cause, et les bilans définitifs le confirmeront dans les prochaines semaines: le Royaume-Uni devrait afficher un PIB, un Produit Intérieur Brut, fin 2014 supérieur à celui de la France. Selon les dernières estimations de la Commission européenne (que le journal a eu la bonne idée d'aller consulter), l'écart annoncé serait d'une centaine de milliards d'euros. En faveur des Anglais, donc: ce que beaucoup d'économistes, en fait, anticipaient. C'est mathématique: les 2 pays sont au coude-à-coude depuis des années, les performances économiques du Royaume-Uni étant meilleures depuis plusieurs mois, il était, donc, évident que les Britanniques nous passeraient devant: ils affichent 3% de croissance, quand la France enregistre un très poussif 0,4%. Pour le reste, et ce n'est pas négligeable dans le renversement de la situation, le Royaume-Uni bénéficie d'une inflation plus élevée, et d'une monnaie, la livre-sterling qui a progressé, très nettement face à l'euro. Tout ça "gonfle", "dope", mécaniquement, le résultat britannique. Comme l'effet statistique de l'intégration des activités liées à la drogue et la prostitution. C'est désormais possibles, les règles statistiques internationales l'autorisent: Londres a choisi de le faire, pas la France. Voilà autant de raisons de se rassurer de ce côté-ci de la Manche. Beaucoup diront "à tort" parce que la dynamique économique est clairement chez les Britanniques, aujourd'hui. Sauf que quelque chose saute aux yeux quand on regarde les courbes des PIB des 2 pays, sur les 10 dernière années. Quand celle de la France régresse (un peu) avec la crise financière, avant de reprendre son rythme, celle du Royaume-Uni décroche très fortement (dès 2008), et met du temps pour repartir. Finalement, fortement. En France, les stabilisateurs économiques, sociaux ont joué. Pas, de l'autre côté de la Manche. Eternelle guerre... de modèles!

Milliards. Emmanuel Macron veut plus de milliardaires en France! Précisément, il estime que c'est bon pour la France que des jeunes "aient envie de devenir milliardaires. "Je ne fais pas partie de ceux qui stigmatisent les entreprises du CAC 40", affirme ce matin, le ministre, dans une longue interview accordée aux Echos. Emmanuel Macron parle des start ups, et l'économie du Net, une "économie de superstars". "Il (nous) faut des sucess-stories car elles créent un fort effet d'entrainement".A propos de sa Loi, Emmanuel Macron estime qu'elle ne sera que le "déclencheur d'un processus de réformes". "Je ferai des propositions additionnelles, après son adoption", annonce-t-il.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.