L'éco du jour, par Bruce de Galzain

Coup de frein pour Goodyear...

C'est ce que redoute le cabinet d'expertise Secafi qui rend un rapport que se sont procuré Les Echos ... un CCE se tient ce matin et Secafi se montre très pessimiste : les pneus de tourisme se portent mal mais ce n'est pas vraiment mieux pour l'activité censée être plus rentable des pneus agricoles... Quant au projet de Scop proposé par la CGT pour reprendre l'entreprise, il ne serait lui pas viable ! Les trains américains pourraient rouler au gaz de schiste... Jusque là ils utilisent du gazol, mais la plus grande compagnie des Etats-Unis qui appartient à Waren Buffet veut faire des économies selon le Wall Street Journal , le gaz naturel est désormais huit fois moins cher que le diesel !

L'Histoire du Jour : Le grand Parisot

C'est la fédération la plus puissante du Medef mais elle n'est pas au pouvoir... l'UIMM qui représente les patrons de la métallurgie, ne compte pas se laisser dicter sa conduite par Laurence Parisot... Hier le président de l'UIMM Frédéric Saint-Geours (qui laisse encore planer le doute sur sa candidature) a de nouveau taclé la patronne des patrons : il l'empêchera de se représenter - après un 1er mandat de 5 ans et un second de 3 ans ! Lui dit respecter le calendrier (il reste encore près de 2 mois officiellement pour se lancer dans la course), il dit respecter les entrepreneurs adhérents choqués selon lui que l'on réforme les statuts si près d'une élection : ce n'est pas correct, pas éthique, pas démocratique... Ces arguments font mouche dans le camp des opposants à Laurence Parisot. Certains l'ont comparée à Poutine, désormais d'autres la comparent aux dictateurs même morts comme Bongo ou Bokassa ! Et même au sein du Medef le putsch de Laurence Parisot passe mal... Le président du comité éthique a finalement démissionné mardi après lui avoir envoyé un mail 2 jours plus tôt pour lui faire connaitre je cite "l'émotion sucitée par sa démarche"... un mail pas vraiment apprécié par Laurence Parisot : "le comité éthique sort de son rôle" dira-t-elle. Elle va même choisir de le rendre public selon l'un de ses adversaires, histoire de montrer qu'elle est stigmatisée... Et c'est bien cette stratégie que Laurence Parisot met en place petit à petit ! Accusée de tous les maux, elle se proclame bien au contraire démocrate... Elle retourne l'argument... C'est elle qui prône plus de démocratie dans son organisation... Pourquoi ne pas la laisser concourir lancent ses défenseurs ? qui insistent : elle se pliera au vote des adhérents... Et c'est vrai qu'au bout du compte, c'est à la majorité des 2 tiers des 561 votants que sera élu le futur dirigeant ! Sauf qu'aujourd'hui ses adversaires relèvent que Laurence Parisot a tout l'appareil du Medef derrière elle, une dissymétrie de moyens... Des adversaires bien conscients de la détermination de la patronne de l'organisation ! Et les attaques fusent Laurence Parisot serait entourée d'une cour de flatteurs, le pouvoir lui serait monté à la tête ! Aujourd’hui les uns et les autres se comptent pour savoir qui a le plus de soutien. Mais beaucoup s'inquiètent de l'image renvoyée par cette bataille. Après l'UMP, le Medef a bel et bien engagé une guerre de tranchées !

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.