Nicolas Sarkozy présentait, hier soir, ses voeux au monde de la culture, et comme on pouvait s'y attendre, le Président de la République a repris à son compte l'idée d'instaurer en France, une taxe sur la publicité en ligne, taxe proposée par la Commission Zelnik chargée de réfléchir au développement de l'offre culturelle, sur Internet. Alors il faut nuancer tout de suite. D'abord, Nicolas Sarkozy s'est bien gardé de citer une marque, ou le nom d'un groupe: "taxe Google", l'expression n'est évidemment pas la terminologie officielle. Surtout, à ce stade, Nicolas Sarkozy charge, simplement, le ministère de l'Economie de travailler à l'éventualité d'une telle taxe... Cela dit, il reprend bien à son compte l'argumentaire du rapport qui vient de lui être remis: il juge "anormal" que des grands groupes, acteurs incontournables d'Internet, échappent à une partie des impôts en France. Pour Google, le mécanisme est simple: son siège social européen est basé en Irlande, où la fiscalité est jugée plus douce. Résulat: bien qu'il soit largement dominant sur le marché de la publicité en ligne en France, il ne paie pas des impôts... disont "en proportion de son activité". Tant pis pour ceux qui vont ironiser: "les grands américains innovent en matière technologiques, markteting et autres... en France, on reste sur notre créneau traditionnel, on crée des taxes... peu importe, donc, les sarcasmes: la France réfléchit à instaurer (seule) une "taxe Google". Ce marché... le marché publicitaire sur Internet... génère aujourd'hui plus de 1 milliard 300 millions de recettes. Elles se répartissent ainsi: 800 millions pour ce qu'on appelle les "liens sponsorisés ou commerciaux", qui apparaissent sur les moteurs de recherche, et 500 millions pour les bannières ou les bandeaux vidéos. Mais, il s'agit d'estimations... pas de déclarations des opérateurs! Toute la diffficulté, maintenant, est de savoir comment on va repérer, calculer.. alors que des sociétés comme Google agrègent leurs résultats au niveau européen (et facturent depuis l'Irlande)... comment calculer le chiffre d'affaires publicitaire exact généré sur le marché français. Pour ensuite le taxer. "C'est impossible", répondent beaucoup d'experts, qui renvoient à l'échelle européenne, le niveau pertinent d'une telle taxe. Comme pour mieux l'enterrer. La future "Clio 4" pourrait être totalement produite en Turquie. C'est le quotidien la Tribune qui l'affirme, ce matin. Aujourd'hui, la Clio 3 est produite en Turquie mais aussi à Flins, en région parisienne mais, selon le journal, la prochaine génération, la Clio 4, serait totalement produite sur le site turc de Bursa, considéré, chez Renault, comme le plus compétitif du groupe. L'information n'est pas confirmée du côté de Renault, où on affirme que la décision n'est pas encore prise. Le site français de Renault-Flins, en tout cas (on le sait), doit se spécialiser dans les voitures électriques. Le déficit budgétaire de la France, moins lourd que prévu, en 2009. La bonne nouvelle a été confirmée, hier, par Eric Woerth. On reste, toutefois, dans "l'épaisseur du trait": ce sera 8%, et non pas 8,2% rapporté au PIB. Les recettes de TVA et d'impôt sur les sociétés ont été un peu meilleures prévues. L'Etat a, également, dépensé 2 milliards de moins qu'envisagé. 2010, c'est l'année de la réforme des retraites. François Chérèque dans un entretien aux Echos, demande au gouvernement de ne pas "bâcler" cette réforme. "On n'est pas à 6 mois près" estime le leader de la CFDT. Christine Lagarde dans un grand magasin, hier soir : "le début des soldes se présente bien" affirme la ministre de l'Economie.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.