Comme le volcan, la canne à sucre et le rhum, c'est un "incontournable" pour qui vient passer quelques jours à la Réunion. C'est un producteur de vanille à Saint André (à une trentaine de kilomètres d'ici, à l'Est de l'île) qui parle. Hier, comme chaque jour, Maurice Roulof et sa femme faisaient visiter leur exploitation aux touristes. Un petit groupe hier, mais, grâce aux tour-opérateurs, ils seront 360 demain. Un beau commerce, en fait. En quelques minutes, tout est expliqué pendant la visite : la vanille, son histoire, la manière de la cultiver, de la choisir, aussi, sur les marchés (la gousse doit être souple, emballée, pas à l'air libre). On passe par la boutique avant de partir. "La vanille est éternellement liée à la Réunion" explique Maurice Roulof. C'est aussi une sorte de concentré de son histoire économique : riche de promesses... pas vraiment réalisées. La vanille, elle, a été ramenée du Mexique en 18.... C'est une orchidée : on aimait sa fleur, mais sans cet esclave créole de la Réunion, Edmond Albius, on ne saurait peut-être toujours pas la cultiver. C'est lui qui a compris (par hasard ou pas, la légende n'est pas claire) comment provoquer le développement de la gousse de vanille. Au Mexique, c'est une abeille qui se charge de la pollinisation, mais ailleurs, elle n'agit pas. Ici, (et maintenant partout dans le monde, grâce au Réunionnais Edmond Albius), on fait donc ça à la main. Les femmes qui font cela, à la Réunion, on les appelle des "marieuses". Eloignez les enfants du poste : ce sont elles qui rapprochent, jusqu'à les faire se toucher (grâce à une petite aiguille), l'organe sexuel mâle de la fleur de vanille, à l'organe femelle. Il ne faut pas se rater, parce que la fleur n'est fécondable qu'un seul jour dans l'année ! Si c'est réussi, 9 mois plus tard -ça ne s'invente pas- la gousse (verte) peut être récoltée pour être séchée, selon une méthode inventée également à la Réunion. C'est grâce à ces découvertes que l'île a, un temps -mais un temps seulement- été en pointe dans la culture et l'exportation mondiale de la vanille. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas : Madagascar, la voisine, est devenu le leader incontesté, avec une vanille estampillée "vanille Bourbon" comme celle de la Réunion, mais bien vendue moins chère. La Chine, également, s'est mise à la vanille, et sa concurrence fait mal. Il faut compter, aussi, avec la vanille de synthèse, qui donne le "à base d'arôme de vanille" sur nos pots de yahourts. La vanille de la Réunion, elle, reste attachée à sa belle histoire et sa belle légende. La croissance américaine déçoit La reprise économique reste "désespérément lente": ce sont les mots, hier soir, de Ben Bernanke. Le patron de la Réserve Fédérale américaine insiste sur la situation des millions de chômeurs aux Etats-Unis, et les travailleurs sous-employés. Sans surprise, les députés français ont rejeté, hier soir, l'idée d'introduire les œuvres d'art dans le calcul de l'ISF. Le gouvernement, opposé au projet, parlait d'un non-sens "culturel, économique et fiscal". L'avenir du RSA L'UMP avance l'idée d'un travail, obligatoire (pour ses allocataires). Cinq heures par semaine... mais bien rémunérées. Et seulement dans les collectivités locales volontaires.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.