Décidément LVMH a du mal à se faire discret, en ce moment. Il y a son "raid" sur Hermès qui n'a pas fini de faire parler. L'AMF, le "gendarme français de la bourse" vient de décider d'enquêter sur les conditions de cette attaque boursière: il veut vérifier que tout a été fait légalement. Le gouvernement, lui aussi, s'est saisi du dossier, et préparerait un projet de Loi, pour resserrer les règles boursières qui n'ont, visiblement, pas joué correctement leur rôle de "garde-fou". Il y a, donc, déjà sur le feu une "affaire LVMH-Hermès", qui ne fait pas forcément du bien à l'image du n°1 mondial du luxe. Voilà, maintenant, l'histoire de l'incroyable jackpot de son directeur général. C'est le Parisien-Aujourd'hui en France, qui a révélé l'affaire, hier. L'information est confirmée depuis. Le 26 octobre dernier, Antonio Belloni, le n°2 de LVMH, a empôché, en une seule journée, 18 millions d'euros. Pour faire mieux, je ne vois que l'Euromillions! Dans le cas d'Antonio Belloni, rien à voir avec la loterie: c'est grâce à ses stock-options qu'il a empoché, en une seule journée, l'équivalent de mille 400 années de smic. L'opération s'est passée tout à fait normalement, si je puis dire. En 2 temps. D'abord, comme son contrat de travail et la Loi l'y autorisent, Antonio Belloni a, comme on dit, "exercé" ses options. Il a acheté à un prix, très favorable (fixé il y a quelques années) des actions LVMH. Précisément, il a achété 200 mille actions au prix de 37 euros, et 50 mille autres titres LVMH, à 62 euros. Et puis, 2ème temps de cette opération, il les a immédiatement revendues, mais cette fois-ci, au cours du jour. Au prix fixé sur le marché, ce 26 octobre. Soit un peu plus de 112 euros. Bingo! Plus-value de cette opération, bénéfice de cet "aller-retour express" en bourse: 18 millions d'euros. "Antonio Belloni a parfaitement respecté les règles" affirme LVMH. C'est vrai. Evidemment. L'opération a même été, comme la Loi l'exige, enregistrée auprès de l'Autorité des Marchés Financiers. L'AMF qui vient de publier (c'était la semaine dernière, hasard du calendrier) un "guide de recommandations" à destination des dirigeants d'entreprises côtées qui vendent, ainsi, des actions de leur entreprise. Des recommandations, pas contraignantes, et qui n'empêcheront pas, n'interdiront pas, de toute façon, ce genre de jackpot. 18 millions, en 1 jour. Et si l'or redevenait la référence monétaire mondiale? C'est le président de la Banque mondiale, l'américain Robert Zoellick, qui lance ou relance, le débat, ce matin, dans le Finantial Times. Et ce, quelques jours avant le G20 de Séoul. La patron de la banque mondiale estime, en pleine "guerre des monnaies" qu'il faut imaginer et construire un nouveau système monétaire mondial. Basé, pourquoi pas donc, sur l'or. L'or qui pourrait jouer un rôle "stabilisateur". "Les manuels scolaires considèrent l'or comme une vieille monnaie, dit Zoellick, elle est pourtant utilisée aujourd'hui, comme un actif financier comme un autre. L'once d'or, depuis quelques mois, a atteint des niveaux jamais vus. Stop ou encore? La réforme des retraites, et la réunion des syndicats, cet après-midi, pour définir la suite à donner au mouvement de constestation. Qui s'essoufle. Force Ouvrière, très critique, et qui réclame une "grève générale" nationale de 24h, a quasiment acté, samedi, son départ de l'Intersyndicale.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.