Philippe Wahl
Philippe Wahl © Maxppp
Le patron de la Poste, [Philippe Wahl ](http://valeursactuelles.com/philippe-wahl-gentleman-postier20130820.html)et Arnaud Montebourg ne se quittent plus. Depuis quelques temps, ils multiplient les sorties publiques communes. [Fin décembre, ils ont visité, tous les deux, un Centre de tri,](http://www.lepoint.fr/societe/la-poste-montebourg-salue-le-record-d-activite-pour-les-colis-de-noel-23-12-2013-1773637_23.php) en plein "rush" de Noël. Avant hier soir, c'est au siège parisien de la Poste que les 2 hommes se sont retrouvés pour une cérémonie de voeux. On ne sait pas si, entre temps, ils ont passé les fêtes ensemble... mais, ce matin, ils remettent ça. Le patron de la Poste et le ministre tiendront une conférence de presse commune, consacrée à l'avenir de l'entreprise. Pour le ministre, cet activisme autour de la Poste marque clairement une reprise en main du dossier. Jusqu'ici, il l'avait négligé. Notamment parce que le courant ne passait pas, mais alors pas du tout avec Jean-Paul Bailly. Un proche de l'ancien patron de la Poste, parti à l'automne dernier, s'étonne encore d'ailleurs de ce "clash" entre les 2 hommes: "Jean-Paul Bailly, homme de réseau, soigne toujours ses relations, surtout avec sa tutelle. Entre eux, c'était imposible. Je ne sais pas vraiment pourquoi". C'est de l'histioire ancienne de tout façon, et avec Philippe Wahl, le nouveau patron, c'est exactement l'inverse: à ce stade, c'est l'accord parfait. Arnaud Montebourg a, donc, décidé de retirer le dossier à sa ministre déléguée, Fleur Pellerin: le "ministre des Postes", comme on ne dit plus, c'est bien lui, désormais! Certains s'amusent de cet intérêt soudain: des ministres, qui veulent coller à l'entreprise très appréciée des Français, il y en a eu, d'autres. Christain Estrosi, à ce jeu, était sans doute le plus motivé du genre, toujours très demandeur d'une photo, dans la presse, avec un facteur. Pour Arnaud Montebourg, cela dit, l'objectif est différent puisque la Poste s'apprête à révéler un vaste plan stratégique, avec à la clé la "réinvention" du métier de facteur, celle du métier de postier, imposées par la révolution numérique, qui réduit le volume de courrier à distribuer et les revenus qui vont avec. Le ministre entend, clairement, se méler aux discussions, peser sur les décisions sensibles évidemment, en interne comme en externe, mais aussi innovantes, stimulantes. A la Poste, on se dit, officiellement, ravi de cette implication nouvelle: "le soutien du ministre, dans la période qui arrive, c'est bon à prendre". Mardi soir, d'ailleurs, le ministre s'adressant aux cadres-maison et vantant, devant eux, le service public ("l'histoire glorieuse et extraordinaire de la Poste, de Louis XI à la révolution internet", Arnaud Montebourg a plutôt réussi son entrée. **Choc.** François Hollande remet sur le métier son "choc de simplification". Annoncé il y a 10 mois, il doit améliorer la vie des Français face à l'administration, mais aussi et surtout celle des entreprises: selon l'OCDE, la compléxité administrative, dans notre pays, coûte 60 milliards d'euros, par an, aux entreprises. Problème, ce "choc", on ne l'a pas beaucoup ressenti depuis son annonce. Aujourd'hui, en visite à Toulouse, le Chef de l'Etat va promettre son implication personnelle. Et des "décisions fortes", notamment pour accélérer la construction de logements. Pour les entreprises, sont prévues un allégement des déclaration comptables et une déclaration sociale unique. **► ► ► LIRE |** [Le choc de simplification](http://www.franceinter.fr/emission-ledito-eco-le-choc-de-simplification) **Choc.** [L'avenir de Mory-Ducros.](http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/09/les-propositions-de-reprise-de-mory-ducros-attendues-ce-jeudi_4344925_3234.html) Le transporteur est en redressement judiciaire depuis fin novembre. Selon Libération ce matin, l'offre de relance de l'actuel actionnaire du groupe, offre présentée comme la plus large, ne proposerait de reprendre que 1745 salariés, sur les 5 mille présents aujourd'hui.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.