Avec nos cadres, et notre Baromètre (voir plus bas), nous avons décider de tester la notoriété et la popularité des grands dirigeants des grandes entreprises. Qu'ils soient, ou qu'elles soient, français ou étrangers. Et vous allez le voir, il y a une "petite surprise" dans ce palmarès. Avant tout, une précision sur la méthode: le sondage s'est réalisé en 2 temps. D'abord, on a demandé aux cadres de notre échantillon représentatif, de donner spontanément (sans réponse suggérée, donc) les noms des patrons qui leur viennent à l'esprit. Dans un deuxième temps, une fois cette liste établie, on leur a demandé de dire s'ils avaient une opinion "positive" ou "négative" de ces grands patrons. Ou cette grande patronne, puisque, comme d'habitude, une seule femme se glisse dans ce "Top 10", et c'est Anne Lauvergeon. La patronne d'Areva est 10ème. Juste avant elle dans le classement, on trouve Martin Bouygues, Franck Riboud (le patron de Danone), Carlos Ghosn (celui de Renault), les Dupont et Dupont du luxe en France, Bernard Arnault et François Pinault. Et même Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Comme quoi, on peut "taper" fort sur la SNCF (et les retards de ses trains), mais garder pour son patron une opinion plutôt bonne. Tout en haut de ce palmarès, c'est Bill Gates qui prend la première place. L'Américain n'est pourtant plus "aux affaires" et son entreprise semble moins en pointe aujourd'hui, mais le fondateur de Microsoft continue (c'est ainsi) de bénéficier d'une très bonne image. 7 cadres sur 10 ont une bonne opinion de lui. Ils sont un peu moins nombreux pour Steve Jobs (le patron d'Apple, arrive 2ème dans ce classement) mais comme pour Bill Gates, c'est sa capacité à innover, à changer le quotidien des gens, au travail ou à la maison, qui est ainsi salué. Reste, cet étonnant, ce surprenant 3ème: Michel-Edouard Leclerc! Juste après Bill Gates et Steve Jobs, ça fait bizzare, quand même. D'autant que seuls ces 3 dirigeants bénéficient, dans notre enquête, d'une majorité d'opinions favorables: 61% pour Michel-Edouard Leclerc. Son combat, très médiatisé, contre la "vie chère" paie. Son parcours original également. Certes, c'est un héritier, l'héritier d'une entreprise familiale. Mais, il n'a pas fait une grande école: à la fac, il a pris "philosophie et économie". Sa jeunesse, il l'a passé en s'engageant, à gauche. Au final, ça fait de lui un patron atypique, jugé "accessible et à l'écoute des autres". Le "petit contre les grands", mais aussi "le petit avec les grands". Le moral des cadres s'améliore. Pour le 2ème mois consécutif. C'est ce qui ressort de notre Baromètre France Inter / Viavoice / HEC / Le Figaro. Les cadres interrogés se montrent un peu moins pessimistes sur l'évolution du chômage ou de leur situation financière personnelle. Le Portugal sous pression. C'est l'hedomadaire allemand "Der Spiegel" qui le premier en a parlé, ce week-end. D'autres médias, citant des "sources européennes" l'affirment également: la France et l'Allemagne poussent, depuis quelques jours, Lisbonne à solliciter l'aide financière de l'Europe et du FMI. Après la Grèce et après l'Irlande. L'idée des Français et des Allemands serait de le faire au plus vite, pour éviter la contagion à l'Espagne ou la Belgique. Berlin a démenti, hier soir.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.