Bruce de Galzain

L'Histoire du Jour: "Discours de la méthode".

C'était à l'origine un discours de politique générale économique, un discours qui devait être prononcé dans un lieu neutre. Arnaud Montebourg va en fait dévoiler sa feuille de route pour le redressement économique de la France à Bercy cet après-midi. Le ministre de l'Economie veut imprimer sa marque mais sans rupture avec la ligne gouvernementale.

Un exercice compliqué, avoue son entourage : il assumera la politique de compétitivité, les 50 milliards d'économie également mais sans doute un peu moins car le diktat de Bruxelles et son objectif de 3% de déficit, Arnaud Montebourg n'en veut pas. C'est ce que plusieurs ministres pensent tout bas et ce qu'il pourrait dire tout haut ! Le ministre de l'Economie pourrait pointer le manque de résultat sur le chômage et la croissance. L'austérité est un frein dont il faut se libérer même le FMI conforte son analyse !

Pour remettre le pays en marche, Arnaud Montebourg dévoilera les premières mesures de son projet de loi pour la croissance et le pouvoir d'achat qu'il présentera en septembre. Parmi elles une réforme des professions réglementées comme les notaires, les huissiers, les avocats, les experts comptables. Le ministre a d'ailleurs saisi l'Autorité de la concurrence il y a moins d'un mois, elle devrait rendre un avis prochainement. Mais l'Inspection générale des finances a déjà travaillé le dossier et estime que les tarifs des notaires par exemple sont trop chers. Ils devraient être plus favorables aux consommateurs !Mais l'on peut aussi associer au discours de la méthode d'Arnaud Montebourg le sous-titre de celui de Descartes "Pour bien conduire sa raison". Car le ministre de l'Economie veut se donner un cap... mais quel cap ? Il entretient le doute sur son départ du gouvernement, dans son entourage on ne cesse de dire que le ministre s'est maintes fois posé cette question : dois-je rester ? S'il respecte le Premier ministre, Arnaud Montebourg n'a pas vraiment d'admiration pour le Président. Un Président qui ne sait pas où il va ! Et il le sait, son discours sera scruté par l'électorat de gauche, cet électorat qui s'est rebellé aux dernières élections et qui a entrainé une partie des députés. Le ministre de l'économie fait cependant parti du gouvernement, il est sans doute l'un de ceux qui a le plus de visibilité mais il est un peu seul et de l'extérieur nombre de députés ne savent pas ce qu'il veut ! Seule certitude, ses ambitions ne s'arrêtent pas à Bercy et il veut davantage encore peser sur l'orientation du pays.

Le taux du Livret A dans le collimateur de la Banque de France. C'est ce matin que sera publié le chiffre de l'inflation qui va déterminer le taux du Livret A le 1er août. Actuellement à 1,25%, Christian Noyer plaide pour qu'il baisse à 1% voire 0,75%. Le gouverneur de la Banque de France applique en fait à la lettre la formule de calcul du taux mais il pourrait y déroger et le politique peut jouer de son influence pour préserver le pouvoir d'achat. La décision est censée être rendue avant mardi prochain.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.