En ce moment, certains opérateurs se demandent s'ils ne sont pas dans une machine à remonter le temps. Combien valait l'action General Motors, hier, à Wall Street ? 4 dollars 91 : c'était son cours de l'année 1950 ! A Paris, le titre Peugeot a fait en quelques jours, un "bond en arrière" d'une bonne vingtaine d'années. Et ce n'est pas seulement le secteur de l'automobile qui vit cette expérience étrange, presque toutes les valeurs en bourse sont concernées. Les indices de New York et Paris retrouvent leur niveau de 2003. 5 ans en arrière ! Bien sûr, aujourd'hui, ce qui domine sur les marchés des actions, c'est la crainte d'une récession économique. Les entreprises vont forcément souffrir dans les prochains mois : la bourse étant une sorte de "pari sur l'avenir", il n'est pas surprenant que les valeurs reculent. Mais évidemment pas dans de telles proportions ! En ce moment, la valeur de certaines sociétés, reflétées par leur cours de bourse, est inférieure à leur valeur réelle... au prix des murs de l'entreprise, si vous voulez ! En fait, la machine est tout simplement cassée : les marchés ne remplissent plus leur rôle (premier) qui est de fixer, de donner un prix aux choses. Que vaut Saint-Gobain, ce matin ? Que vaut Alstom ? Qui peut le dire ! La cotation en continue des cours de bourse est une illusion, évidemment (la valeur d'une entreprise, même hors tempête financière, ne fluctue pas de minute en minute). Mais en ce moment, cette illusion, elle manque beaucoup aux opérateurs de marché, qui aimeraient, à nouveau se projeter, sinon dans l'avenir, au moins dans le présent ! Toujours la "panique" sur les places boursières. Hier soir, Wall Street a, de nouveau, fortement chuté : un recul de plus de 7%. Et ce matin, ce sont toutes les places boursières asiatiques qui vivent une nouvelle "journée en enfer". Tokyo vient de clôturer en très forte baisse (-9,62%). La faillite de Yamato Life y est pour beaucoup : c'est un assureur. Il vient de se déclarer en cessation de paiement : c'est la première victime -importante- de cette crise au Japon. Ce soir, à Washington, se tient ce qu'on appelle un G7 Finances : la réunion des ministres de l'Economie des 7 pays les plus riches de la planète, ainsi que des gouverneurs des banques centrales. Tous jusqu'ici, ont échoué dans leurs tentatives lancées pour enrayer cette crise.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.