C'est Xaviel Niel qui a relancé les hostilités hier, et offert aux adeptes des réseaux sociaux, un nouveau "tweet-clash" comme ils les aiment. Un tweet-clash, c'est un échange, sur Twitter, de messages vifs, percutants, méchants, ironiques, un débat en 140 caractères, au retentissement maximum. Hier, c'est donc le patron de Free qui a commencé. Interpelant directement le ministre du redressement productif, Xaviel Niel annonce que ses "abonnés à 2 euros" bénéficieront, eux aussi, de la 4G. "C'est "toujours plus pour le pouvoir d'achat" écrit le patron de Free. Quelques instants plus tard, Arnaud Montebourg lui répond: non, les offres de Free, c'est "toujours plus de destructions d'emplois dans les télécoms" écrit-il. Xaviel Niel, piqué au vif, tweete à nouveau: "5 mille emplois ont été créé dans les télécoms entre 2009 et 2012". "Et votre bilan Monsieur le ministre?". Le tweet-clash n'ira pas plus loin, mais Arnaud Montebourg -cette fois-ci, via un bon vieux téléphone portable- réexplique sa position, dans la soirée, "celle du gouvernement", insite-t-il qui estime qu'on ne peut pas "défendre le pouvoir d'achat, en créant des chômeurs". Il le jure: "ce n'est pas une affaire personnelle" entre Xavier Niel et lui ("j'ai de l'estime pour lui, il a du talent", mais là, le "gourou" (petite pique au passage) exagère!". Arnaud Montebourg ne renie pas, explique-t-il encore, ce qu'il avait écrit (déjà sur Twitter, il y a 2 ans, c'était alors en pleine campagne présidentielle) "Free fait plus pour le pouvoir d'achat que Nicolas Sarkozy en 5 ans", Arnaud Montebourg devenu ministre ne renie pas ses propos, mais aujourd'hui, dit-il, ce sont "les excès du low cost", qu'il critique. Avec une 4G à 2 euros, "on fait croire que tout est gratuit,c'est ravageur" dit celui qui est chargé du redressement productif, et qui égrène les plans sociaux qu'il lie directement à l'arrivée de Free mobile: des suppressions de postes chez Bouygues, SFR, PhoneHouse mais aussi dans les centres d'appel, chez Technicolor, et Alcatel. Le ministre compte 12 500 emplois détruits, au total. Quand Xavier Niel parle d'emplois créés. La querelle de chiffres est relancée mais chacun ne prenant pas les mêmes bases, les mêmes emplois, ou les mêmes dates, chacun citant des études aux résultats contradictoires et dénonçant leur manipulation par l'autre, ça peut durer encore longtemps. Sur Twitter ou ailleurs.

Volker. Les Etats-Unis valident, définitivement, leur grande réforme bancaire. Plus de 2 ans de travail, pas moins de 5 organismes fédéraux à la manoeuvre... un document final de 900 pages, mais c'est fait: la "règle Volcker" a été définitivement adoptée hier, à Washington. Cette règle interdit aux grandes banques américaines de spéculer avec leur propre argent, ce qu'on appelle le "trading pour compte propre", activité très lucrative, mais très risquée. Un groupe de pression, très critique envers les banques, parle d'une "défaite cinglante de Wall Street". Le patron de Bank of America a estime, lui, que cette règle va priver sa banque de 500 millions de dollars de revenus, chaque trimestre. Elle entrera en vigeur en juillet 2015.Emplois. L'emploi salarié en France, chiffres publiés par l'INSEE, il y a quelques instants. 15600 emplois ont été détruits au 3ème trimestre. Un mauvais chiffre, mais la tendance s'améliore: c'est moitié moins qu'au 2ème trimestre.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.