Elles ne sont pas encore arrivées, les cocottes, au magasin Habitat, de la Place Kléber, ici à Strasbourg. Elles seront là "début mars, un peu plus tard, peut-être" expliquait, hier, le directeur, sans savoir qu'il avait affaire à un journaliste fraîchement descendu du train , et qui précisément venait constater, incognito, si ce qu'on dit à Paris, chez Habitat, se vérifie sur le terrain. Accueil parfait en tout cas ici, et discours raccord : "Habitat a décidé de mettre en avant le "made in France" explique le directeur strasbourgeois. "Désormais, si on constate qu'on peut produire en France, on le fait !". L'enseigne vise, à moyen terme, un catalogue "30% made in France". C'est 8/9%, aujourd'hui. 1% à peine, il y a 2 ans.

Arnaud Montebourg
Arnaud Montebourg © France Inter / Philippe Lefébure
Pour saluer l'effort, Arnaud Montebourg est venu visiter, il y a quelques jours, le "studio design" d'Habitat à Paris. Et c'est là, que le ministre a découvert les cocottes traditionnelles et les plats à four, de la marque "Terre étoilée" (je tiens la photo "du ministre et de la cocotte" à votre disposition). Le design est signé Habitat. La fabrication, elle, est 100% française. 100% alsacienne même, puisque tout sort des fours d'une entreprise basée à Soufflenhein, à une quarantaine de kilomètres d'ici. L'entreprise [CCF (Céramique Culinaire de France)](http://www.alsaeco.com/entreprises/ceramique-culinaire-de-france-ste,34245911200013,fr.html) existe depuis 1830. Elle a fabriqué, un temps, des "poteries de jardin" (des "nains de jardins", en fait), des pièces de radiateurs ensuite, et finalement des plats à four. Il y a un peu plus d'un an, François Barrès, qui travaillait dans le secteur, l'a rachetée à un groupe allemand qui n'en voulait plus. Avec cette ambition : relancer la production. Le pari est en passe d'être gagné. 35 salariés, à la reprise. Une soixantaine aujourd'hui. Des embauches prévues. Les contrats se multiplient parce que la production "céramique" revient en France. C'est possible même quand plus de la moitié des coûts de fabrication, c'est de la main d'oeuvre. CCF fabrique pour le compte de grandes enseignes de la distribution, y compris les hards discounter, comme Aldi. Alors, oui, il y a un "secret". Ce secret, c'est une taxe qui fait toute la différence : [une taxe anti-dumping, instaurée par l'Union européenne sur les importations chinoises de porcelaine et de céramique, qui écrasaient le marché jusque-là](http://fr.reuters.com/article/idFRL5N0CR4KQ20130404). "Elle est passée inaperçue, à l'époque", mais François Barrès, le patron [des cocottes Terre étoilé](http://www.terre-etoilee.com/), explique que "c'est justement parce que tout s'est fait discrêtement qu'elle a pu passer !". Il relative son effet : "la taxe a surtout servi de signal aux donneurs d'ordres. Alors qu'ils ne se posaient plus la question, ils se sont dits "et si on produisait à nouveau notre céramique en France ?". C'est le cas de Pyrex, qui a tout rapatrié de Chine. Ici en Alsace. Une taxe -quelle horreur!- peut avoir des vertus !**Eldorado.** Google double ExxonMobil, [à la bourse de New York](http://www.nasdaq.com/symbol/goog). Hier, avec 394 milliards de dollars, Google est devenu la 2ème plus grosse capitalisation boursière du monde. Derrière Apple, mais dépassant, pour la première fois, le pétrolier ExxonMobil (qui a longtemps été n°1). L'information -sa collecte et son exploitation- détrône le pétrole.**Famille.** Les grandes manoeuvres chez l'Oréal. Le groupe l'annonce, ce matin: il va racheter 8% de son capital à Nestlé, son autre grand actionnaire. Au terme de l'opération, la famille Bettancourt, Liliane en tête, aura renforcer sa position.
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.