C'est ce qu'on se dit spontanément, instinctivement: a priori, il n'y a aucun rapport entre les intempéries qui ont frappé la France, le mois dernier et son livret d'épargne. Son Livret A, ou son Livret de Développement Durable, le LDD, où dort, pour le coup "bien au chaud", son argent difficilement mis de côté. "Il n'y a aucun lien", se dit-on. On a tort! Dans 2 jours exactement, à cette heure-ci ou preque, on va peut-être constater que grâce à la neige et grâce au froid de décembre, la rémunération du Livret A va augmenter. Et passer à 2%. Aujourd'hui, elle est à 1,75%. La différence ne va pas nous tranformer, en millionnaires mais c'est une bonne nouvelle que toutes les familles apprécieront forcément. Si évidemment, tout se passe comme je vais vous le raconter. Le taux de rémunération du Livret A, c'est une formule mathématique très précise qui le fixe. 2 fois par an, le 1er août et le 1er février. Elle se base, d'une part, sur les taux du marché monétaire, et, de l'autre, sur l'inflation, calculée "hors tabac". Les taux du marché monétaire étant très bas... pour déterminer la rémunération du Livret A au 1er février prochain, tout va donc se jouer sur le niveau d'inflation. Celui du dernier mois constaté: donc, celui de décembre. Chiffre qui sera révélé par l'INSEE, jeudi (dans 2 jours, donc) à 7h30 précises. Les spécialistes ont pris leur calculette: si l'inflation, fin décembre, reste en dessous de 1,6%, le Livret A restera, lui, rémunéré à 1,75%. Mais si l'inflation "hors tabac" atteint 1,7% (ce qui est possible, probable), la rémunération du Livret A passera à 2%! Tout va, en fait, se jouer au dixième de point près. Et "gare à l'arrondi" lâche même un économiste: si les calculs de l'INSEE tombe sur une inflation juste en dessous de 1,65% (1,64, par exemple), ce sera "perdu" pour les épargants français. Vous l'avez compris: le "suspens" est à son comble. Et c'est là où les intempéries interviennent: en décembre, le froid et la neige ont entrainé une hausse des prix de l'énergie. Mais aussi des produits alimentaires. Ce sont 2 éléments déterminants dans la fixation de l'inflation. Ce sont donc eux (eux tous: la neige, le froid, le chauffage, les fruits et légumes) qui pourraient faire basculer le calcul en notre faveur. L'affaire d'espionnage chez Renault: l'enquête remonterait à un groupe d'électricité chinois! La China Power Grid Corporation, un important distributeur d'électricité en Chine. C'est le Figaro, ce matin, qui lâche ce nom. Le journal cite une note des services secrets, datée de vendredi dernier. Elle révèle que 2 des 3 cadres de Renault, soupçonnés d'avoir vendu des informations confidentielles, possèdent des comptes à l'étranger. L'un au Lichtenstein, où 130.000 euros ont été découverts. L'autre en Suisse, avec 500.000 euros déposés. L'argent transitait par Shanghaï et l'île de Malte. Et remonterait donc à cette société chinoise. RSA en hausse. 1,8 million de personnes touchent le RSA. C'est le dernier bilan en date, publié hier. Plus d'un million bénéficient du RSA "socle" (l'ex-RMI). En hausse de 6% en raison de la crise. Le RSA "activité", lui (qui accorde une aide à ceux qui travaillent à temps partiel, ou par intermittence) a permis à 70.000 foyers de vivre au-dessus du seuil de pauvreté.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.