Connaissez-vous Eric Denoyer? Peu probable: l'agence de presse, chargée de sa communication reconnaît elle-même, que c'est un "parfait inconnu". C'est pourtant le patron de Numéricable, le grand câblo-opérateur français. Savez-vous qu'il commercialise une "box" (internet, télé, téléphone) vraiment innovante: puissante, et capable de démultiplier les services du téléspectateur-internaute? Probablement pas: elle a élé lancée hier. En pleine déferlante "Free mobile". Numéricâble, qui avait programmé bien avant Free, sa conférence de presse pour hier -10 janvier-, a préféré annuler le rendez-vous, sachant la compétition médiatique perdue d'avance. Xavier Niel a véritablement écrasé la concurence, hier, avec le lancement de son offre mobile. Beaucoup de choses ont été dites, déjà. Le "show" de présentation, totalement inspiré de celui d'Apple jusqu'au "one more thing" ("encore une chose") que Steve Jobs réservait à ses afficionados. Là, la "petite chose en plus" de Free, c'est ce forfait à 2 euros, présenté comme un "forfait social" mais qui va, évidemment, cartonner dans les familles: idéal pour les ados et, surtout, le portefeuille des parents. On a dit, aussi, le talent de Xavier Niel pour "vendre" ses produits sans débourser un seul euro en publicité, ou presque. Le buzz, savamment, entretenu sur internet, et dans les médias, a fait le travail, tout seul! Ce qui surpend, quand même, quand on regarde les prestations, hier, du patron de Free: son "show" de présentation hier matin. Sur France 5 le soir, face à Patrick Cohen mais pas au "Grand Journal" de Canal+, qui l'a déprogrammé, au tout dernier moment (Niel était au maquillage quand on est venu lui dire de rentrer chez lui, Canal+ n'appréciant pas sa "surexposition" télévisée. "Le grand patron de Free traité comme une starlette qu'on peut renvoyer sans façon" raconte Emmanuel Berratta sur son blog, sur le Point.fr... (je m'égare): quand on regarde Xavier Niel présenter ses offres, on reste, en tout cas, surpris par son style, sans doute très travaillé, mais qui détonne sans le monde des affaires. Xavier Niel n'hésite pas à critiquer, brocarder, ridiculiser ses concurrents. Il traite ceux qui l'écoutent de "pigeons" (s'ils ne rejoignent pas, sur le champ, la "communauté Free". Il dit encore: "Je redonne du pouvoir d'achat". "Je suis scandalisé par la situation des plus pauvres "à qui on en met plein la tête" avec des forfaits "téléphone" très chers. Il s'en prend, de la même manière, au gouvernement, qui a pactisé avec les 3 opérateurs. Ses concurrents "mes petits camarades", comme il dit, qui, pressés par leurs actionnaires qui réclament toujours plus de dividendes, prennent leurs clients pour des "vaches à lait". Xavier Niel met, aussi, de la politique dans son marketting tonitruant.

CORRECTION: Contrairement à ce que j'ai dit, et écrit, Numéricable n'a pas annulé, hier, la conférence de présentation de sa nouvelle Box, la "Box by Numericable +". Elle sera mise en vente à partir du 16 janvier.

Moins bons? Les soldes d'hiver, qui commencent ce matin, pourraient attirer moins de clients. C'est ce qui ressort d'un sondage BVA, réalisé pour les Echos. Et avec France Inter. Si un peu plus de 60% des personnes intérrogées confirment leurs intentions d'aller "faire les soldes", l'intérêt s'émousse quelque peu. La faute aux soldes flottants, et aux promotions quasi-permanentes. La faute à la crise, peut-être également: selon BVA, les Français s'apprêtent à dépenser 221 euros, en moyenne. 2 euros de plus, seulement, que l'hiver dernier.Moins méchantes? Fitch n'a pas l'intention de dégrader la France, cette année. L'annonce de l'agence de notation l'a annoncé, hier matin. La bourse a apprécié, mais Standard&Poor's et Moody's restent, évidemment, en embuscade.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.