C'est la grande affaire du moment: l'OPA hostile lancée par l'américain Kraft foods sur le Britannique Cadbury, 2 "géants" de l'alimentaire. Des milliards de dollars évidemment, sont en jeu, dans une compétition (un peu stérile mais vieille comme le monde) qui doit désigner celui "qui est le plus fort", qui est le numéro 1 mondial de la confiserie. Et dans ce cas bien précis: qui va détrôner Mars, l'actuel leader. L'histoire a commencé, il y a 2 mois quand Kraft foods a révélé son intention de racheter Cadbury. Elle a été relancée, il y a 2 jours avec une nouvelle offre toujours aussi hostile et immédiatement jugée "dérisoire" par le groupe britannique, pris pour cible. Et tout le monde en convient: cette histoire va encore durer de nombreux mois sans qu'on puisse parier sur son dénouement. Ce qui est sûr, c'est qu'à ce stade, Cadbury ne veut pas entendre parler d'un tel mariage. Surtout dans les conditions financières proposées. Kraft foods, de son côté, estime, au contraire, qu'une fusion serait une très bonne chose: les 2 groupes sont parfaitement complémentaires, dit-on chez Kraft. En France, ça veut dire que les cafés Grand-mère, Jacques Vabres, Maxwell, les chocolats Milka, Côte d'or, Suchard, Toblerone rejoindaient, au delà des rayons, les bonbons la Pie qui chante, Kréma, Carambar, le chocolat Poulain... mais surtout les chewing-gum Kiss cool, Hollywood et Stimorol! Car, il est, sans doute là, le coeur de toute cette affaire: Kraft Foods veut devenir un champion mondial du chewing-gum. C'est un secteur qui marche très bien: il a, tout simplement, doublé en 10 ans. Et la crise l'a bien moins touché que d'autres secteurs. En France, le marché du chewing-gum a progressé de 66% entre 2005 et 2008. On est devenus de grands consommateurs, avec 260 chewing-gums mâchés par an et par Français (les Américains sont à 300). Les raisons sont multiples: le marketting, le packaging (les boîtes de dragées ont remplacé les tablettes), les produits sans sucre auraient "boosté" le marché. L'interdiction de fumer dans les lieux publics aurait aussi sa part (invérifiable) dans ce phénomène. Pour Kraft, l'objectif c'est surtout mettre la main sur des produits à très fortes marges bénéficaires: entre 18 et 20%. La Commission "Grand emprunt" termine, aujourd'hui, son travail. Dernière réunion pour la Commission Juppé-Rocard. Les choses se précisent. D'abord, concernant le montant de l'emprunt qu'elle va préconiser. Ce sera autour de 35 milliards d'euros: c'est "pile" le milieu de la fourchette fixée par l'Elysée. La Commission ne devrait pas, en revanche, se prononcer sur les modalités de l'opération: appel au marché, ou directement auprès des Français: ça, c'est Nicolas Sarkozy qui décidera. Enfin, les "secteurs d'avenir" retenus pour bénéficier des milliards du Grand emprunt devraient être le très haut débit, la voiture électrique, l'université, et les bio et nanotechnologies. TF1 en baisse. Elle annnonce des bénéfices en baisse de 54% sur les 9 premiers mois de l'année. Son chiffre d'affaire est en recul, lui, de 13% sur la même période. Mais, la chaîne -comme sa concurrente M6, d'ailleurs-souligne le redémarrage des investissements publicitaires depuis septembre. Un RSA pour les jeunes. Le RSA pour les moins de 25 ans a été adopté, hier soir, par l'Assemblée nationale. Il entrera en vigueur, "probablement en avril 2010", selon Martin Hirsch, le haut-Commissaire à la jeunesse, qui l'a conçu. Il faudra avoir travaillé au moins 2 ans pour en bénéficier.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.