C'est étonnant comme le gouvernement et les syndicats prennent soin à ne pas parler de "grèves illimitées". Face à la réforme des retraites, la grève est "reconductible": c'est est le terme consacré, ces derniers jours. Pour le gouvernement, il s'agit évidemment de minimiser l'ampleur de la mobilisation. En dépit de sondages qui montre un soutien massif, y compris un soutien aux grèves (reconductibles). Pour les Confédérations syndicales aussi, le terme "reconductible" s'est imposé. C'est une façon, là, de rappeler (comme François Chérèque, hier soir, sur France Inter) que c'est un moyen d'action (la grève illimitée) que l'Intersyndicale refuse d'utiliser. Bien sûr, les grands syndicats soutiendront tous les salariés qui décideront, mardi soir, de poursuivre la grève. Ce sera, sans doute le cas, dans la chimie, dans les transports publics et dans l'énergie. Mais, clairement, ce n'est pas ce mode d'action que la CFDT, ni même la CGT privilégient. On sait que la semaine dernière, la discussion a été longue, à Monteuil, au siège de la CGT, pour arrêter une position... une position, au final, "mi chèvre, mi chou" puisqu'il a été décidé que chacun ferait comme il voudrait. Didier le Reste, le "patron" des Cégétistes de la SNCF a emporté le morceau, en ce qui le concerne, en expliquant que c'était, techniquement, la seule solution pour maintenir les cheminots dans l'action: dans les transports, il faut, en effet, 15 jours de préavis pour lancer une grève. Ne pas engager de grève "reconductible" à partir de mardi, aurait, donc signifié la sortie du mouvement, des salariés de la SNCF et des autres transporteurs publics: impossible! D'où ce préavis "reconductible". Présenté, donc, comme "technique". Et ces déclarations, répétées, rappelant que ce sont les salariés qui, de toute façon, décideront. Prévoyante, l'Intersyndicale offre de toutes les façons, une "porte de sortie" honorable à tous les salariés qui se lanceront dans une grève répétée (mais qui serait peu suivie): en convoquant une nouvelle journée de mobilisation, samedi prochain (samedi 16): les Confédérations ont, en quelque sorte, "borné" le mouvement reconductible. Qui, pour le coup, n'est donc plus, forcément... illimité. A la SNCF, on parle de grève "carrée", quand il s'agit d'un mouvement de 24 heures seulement. On est là, peut-être devant une grève d'un nouveau genre: la grève "rectangle": une grève de 5 jours. Maurice Allais est mort. A 99 ans. Il était le seul Français a avoir obtenu le Prix Nobel d'économie: c'était en 1988. Il se destinait, d'abord, à une carrière de physicien, mais la crise de 29 l'a poussé à faire de l'économie. Un voyage aux Etats-Unis -un pays alors tranformé en "cimetière d'usine", a-t-il raconté un jour- l'a convaincu de travailler à comprendre pourquoi une telle crise peut arriver. Ce sont ses travaux sur l'équilibre des marchés et le développement de l'économie mathématique qui l'ont fait connaître. Tout comme ses analyses sur la prise de risque. > C'est ce matin qu'on connaîtra le Prix Nobel d'économie 2010. Riches! Le monde compte plus de 24 millions de... millionnaires. C'est une enquête du Crédit Suisse qui fait cette estimation. Les Millionnaires représentent 0,5% de la population mondiale mais possèdent 1 tiers de la richesse de la planète!

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.