On se croirait dans la série télé américaine "A la Maison Blanche", ce feuilleton qui raconte les coulisses du pouvoir à Washington... les coulisses de la Maison Blanche. Et on y découvre que le mot "récession" est totalement banni des conversations entre les conseillers du Président. A la place, ils utilisent n'importe quoi d'autre : pomme de terre, cheval... micro. Ce terme, c'est comme, pour un comédien, s'habiller en vert le soir d'une première au Théâtre : ça porte malheur. Eh bien, en France, en ce moment dans les ministères, c'est un peu pareil : "récession" (j'insiste...): le terme est interdit ! Hier à Bercy, on a pu, ainsi, assister à la colère froide d'un haut fonctionnaire quand des journalistes lui ont parlé de récession. "Le Canard enchaîné" affirmant que, selon des estimations secrètes de son propre ministère, la croissance économique, en France, serait, pour un 2ème trimestre consécutif, négative (fin septembre). Deux trimestres négatifs de baisse : c'est la définition même d'une... récession. En réponse, on a donc eu droit à un démenti formel quant à l'existence d'une telle estimation, puis, à un petit cours d'économie pour expliquer qu'il n'y aura pas de... récession, même "technique", comme la Commission européenne la prédit, hier, pour l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne. Ouf, la France n'est pas citée... Bruxelles pense qu'elle va l'éviter "de justesse", cette récession. Les économistes, d'ailleurs, lui prédisent plutôt une "croissance zéro", pour la fin de cette année. Et là, immédiatement... l'expression passe beaucoup mieux. Nouvel épisode dans la bataille Airbus/Boeing. On parlait de "contrat du siècle" pour EADS, la maison-mère d'Airbus (un marché de 35 milliards de dollars, pour la livraison de 179 avions ravitailleurs à l'armée américaine). Nouvelle déception hier : le Pentagone a décidé, finalement, de suspendre son nouvel appel d'offre. Le premier, remporté par EADS, avait été annulé en juin. C'est le prochain gouvernement, à Washington, qui décidera. Ce nouveau délai accordé est, en fait, une bonne nouvelle pour Boeing, qui réclamait précisément, du temps pour ajuster son offre. Faites vos jeux ! Le journal "Les Echos", ce matin, croit savoir que la Française de jeux (qui gère le Loto) va, prochainement, faire son entrée en bourse. Le gouvernement, qui étudie la question depuis plusieurs mois, aurait tranché. Cette décision s'inscrit dans le cadre de l'ouverture à la concurrence du marché français des jeux sportifs, jeux hippiques et jeux en ligne. Appel à la grève, aujourd'hui, dans les usines françaises de Renault. Il s'agit de contester le plan de suppressions de 4 000 emplois, en France. Sur 2 sites au moins, Guyancourt et Flins, des débrayages sont annoncés. L'euro est au plus bas depuis 11 mois. La monnaie européenne s'échangeait à moins de 1 dollar 40, hier.

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.