On a appris, hier, qu'un groupe japonais pourrait devenir le futur propriétaire de la fameuse boisson. Des négociations sont en cours, avec les 2 fonds d'investissements américains, propriétaires du groupe Orangina Schweppes depuis 3 ans. Ces discussions se feraient sur la base de 2,6 milliards de dollars. Le groupe japonais à la manoeuvre (l'un des plus anciens groupe agroalimentaire du pays) s'appelle Suntory. Il est inconnu ici. Sauf pour ceux qui ont vu le film "Lost in translation". C'est pour la pub de l'un de ses whiskies.. "Suntory Time".. que Bill Murray offre la scène la plus drôle du film. Je m'égare un peu... Orangina Schweppes, c'est un groupe qui réalise, aujourd'hui, un peu plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires. Principalement en Europe. 2 500 employés. Et des marques connues de touss: Orangina, Schweppes, évidemment. Mais aussi Pulco, Oasis, Gini, Pampryl, Canada dry... et le célèbre Champomy! Le groupe se porte bien aujourd'hui. Ses ventes progressent de 12%, cette année, dans le contexte que l'on sait: elles tirent, en fait, la croissance des produits de grande consommation en ce moment. Il y a 3 ans, ce n'est pas le cas. Ce rédemarrage, Orangina le doit essentiellement à la pub. Un budget en hausse de 80%! C'est une constante, en fait. Depuis les affiches Villemot, et son parasol en forme de zeste d'orange, le sort de cette boisson est directement lié aux succès de ses publicités. Si les négociations en cours, avec Suntory, aboutissent, ce sera, pour Orangina, la poursuite d'un incroyable voyage. Née espagnole, la petite bouteille jaune a pris son envol en Algérie alors française. Au moment de l'indépendance, l'entreprise s'installe à Marseille. Sera rachetée par Pernod-Ricard. Puis deviendra britannique en se mariant à Schweppes. Américaine aujourd'hui, elle s'apprête, donc, à passer sous pavillon japonais! A moins que d'autres grands groupes de boissons ne se manifestent. En 99, Coca Cola avait tenté de mettre la main dessus. Pepsi avait fait barrage et le gouvernement français avait mis son veto, au nom de la défense de la concurrence. Aujourd'hui, les uns et les autres, pourraient revenir à la charge. La taxe carbone de Nicolas Sarkozy est loin de satisfaire tout le monde... C'est même l'inverse! La Gauche dénonce une taxe "injuste", les Verts parlent d'un "rendez-vous manqué", le Nouveau Centre s'inquiète pour les compensations promises. La CGT y voit une décision lourde de conséquences pour le pouvoir d'achat des salariés. Côté patronat, ce n'est pas mieux. Le Médef estime que cette taxe carbone se traduit directement, pour les entreprises, par 2 milliards d'euros de prélèvements supplémentaires. La CGPME, les artisans de l'UPA sont les plus virulents, sur le thème d'une taxe qui va peser sur la compétitivité des entreprises. Enfin quelques secteurs, très dépendants des carburants... taxis, ambulanciers, pêcheurs, agriculteurs.. réclament des compensations spécifiques. La taxe carbone entrera en vigueur, le 1er janvier prochain. Les "chèques verts" de compensation pour les plus modestes (et les réductions d'impôts pour les autres) seront accordés, en février. GM cède Opel. Après 5 mois d'incertitudes, General Motors décide, finalement, de céder sa filiale européenne Opel, basée en Allemagne. A Berlin, la décision est vécue comme un soulagement même si les repreneurs pourraient supprimer jusqu'à 10000 emplois en Europe.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.