Il était une fois un producteur de cassoulet à Castelnaudary qui eut l'idée de créer un site Internet pour vendre sa production. Le cassoulet est apprécié un peu partout en France mais pas encore énormément à l'étranger, ce petit producteur exporte à peine 15% de sa marchandise. Mais voilà Bruxelles intervient et lui demande de traduire son site en 25 langues, de livrer dans les 27 pays de l'Union européenne, de prendre en charge les frais de retour au-delà de 40 euros. Bruxelles accorde même au consommateur de cassoulet un délai pouvant aller jusqu'à 28 jours - et non 7 comme aujourd'hui - pour retourner la marchandise au frais du petit producteur donc ! Cette histoire n'a pas encore de fin car l'épilogue se joue en ce moment à Bruxelles qui veut harmoniser le droit des consommateurs un peu partout en Europe. Le Conseil européen examine aujourd'hui cette directive votée il y a 15 jours mais qui n'est pas encore prête à entrer en vigueur. Le lobbying bat donc son plein. En France, les professionnels du e-commerce pensent avoir convaincu le gouvernement. La Grande-Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas seraient aussi opposés à cette directive que dénonce le président de la fédération du e-commerce et de la vente à distance François Momboisse comme du colbertisme ridicule ! Son secteur est en pleine expansion avec 25% de chiffre d'affaire l'an dernier, plus de 80.000 sites et peut-être 100.000 à la fin de l'année. Alors pourquoi y mettre un coup d'arrêt ? Car si la directive est confirmée, les frais à la charge des entreprises augmenteraient sérieusement selon ces professionnels bien sûr. Eh bien les eurodéputés disent vouloir favoriser les échanges transfrontaliers et ne se disent pas inquiets pour les petites entreprises. Certains estiment même que les grandes entreprises du e-commerce défendent leurs propres intérêts en se cachant derrière les plus petites ! Ce coup de pied dans la fourmilière selon l'expression d'un eurodéputé est tout à fait assumé car le commerce en ligne n'en est qu'à ses débuts, il existe maintenant le m-commerce avec les mobiles, le f-commerce sur facebook, le t-commerce avec les tablettes comme l'Ipad ou la Galaxy. Alors le producteur de cassoulet pourra-t-il digérer cette e-révolution ? Rien n'est fait pour le moment ! Le litre de "sans plomb 95" atteindra 2 euros ! Il n'y aucun doute selon le PDG de Total. La vraie question pour Christophe de Margerie c'est quand ? Selon lui, les conséquences seraient dramatiques mais il n'est pas en son pouvoir de stopper la flambée du prix du pétrole dit-il au Parisien ce matin. Christophe de Margerie estime que la contribution de la filière pétrolière pour aider les plus touchés est utile mais est une solution à court terme. François Hollande propose lui de diminuer les recettes de TVA quand le prix augmente. Augmenter les impôts pour réduire le déficit. C'est le remède préconisé par l'OCDE pour la France : relèvement des taux de TVA réduite (dans l'immobilier et la restauration notamment), relèvements des impôts environnementaux et sur la propriété et enfin suppression de certaines niches fiscales. 3 licenciements et 4 changements de poste chez Renault. Carlos Ghosn garde sa place, son n°2 rejoindra l'alliance Renault-Nissan. Seuls les hommes chargés de la sécurité sont débarqués.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.