C'est l'un des titres de chapitres parmi les plus sévères du Rapport annuel de la Cour des Comptes, qui doit être rendu public, ce matin. "A consolider", "à renforcer", "à réguler"... "inaboutie", "mal conduit", "mal préparée", "occasion manquée": ce sont les verbes et adjectifs, comme autant de synonymes, qui sont les plus utilisés, cette année encore, en tête de chapitres mais pour la SNCF, oui, le jugement est d'entrée plus sévère: "des opérations dispendieuses, des marchés irréguliers" écrit, en titre donc, la Cour des Comptes, qui a analysé les dépenses de communication de l'entreprise publique. Pourquoi les seules dépenses de communication? Sans doute parce que le patron, Guillaume Pépy est considéré comme un excellent communiquant, un patron qui aime beaucoup les médias, peut-être trop. Un patron qui courtise, aussi beaucoup, les journalistes. Très vite, d'ailleurs, le rapport le vise directement: la SNCF dépense, chaque année, 3, parfois même 4 millions d'euros pour la communication de sa direction. Essentiellement du "coaching", un accompagnement "individuel, dont le président choisi seul les prestataires", peut-on lire. C'est une critique d'ailleurs récurrente dans ce rapport: la Cour note que les procédures d'appel d'offres, à la SNCF, ne sont pas systématiquement respectées. Le choses ont changé récemment, semble-t-il. Au total, les magitrats de la Cour des Comptes estime que la SNCF dépense, en communication, 210 millions d'euros par an. Elle n'écrit pas que "c'est trop", mais le suggère, quand même en comparant cette somme aux investissements de l'entreprise (1,6 milliards, en 2010). Dans sa réponse, la SNCF rappelle qu'elle reste "dans la norme" du secteur. Elle se defend, surtout en expliquant sa situation très particulière: plus de 6 milions clients quotidiens, une activité 7 jours sur 7, une entreprise parmi les plus exposées médiatiquement. On sait que la SNCF fait 3 fois plus de "bruit" médiatique qu'EDF, 7 fois plus que France Telecom-Orange. Seule TF1 dépasse la SNCF, par moment, en terme de "buzz"! D'où l'importance de la com' externe, se justifie, dans sa réponse, la SNCF. Externe mais aussi interne, c'est-à-dire à destination des salariés. Mais, là, c'est parce qu'il faut leur expliquer la stratégie d'une entreprise "en pleine mutation", préparant l'ouverture totale à la concurrence. Ainsi en va-t-il du passage le plus croustillant de ce Rapport: les dépenses de la SNCF pour un séminaire, réunissant 600 dirigeants de l'entreprise. 4 jours à Tanger, en septembre 2011, pour un coût global de 2 millions 700 mille euros. Plus de 600 ipads avaient été offerts aux managers SNCF, à cette occasion. Mais dans sa réponse à la Cour, la SNCF précise qu'il s'agissait aussi, à l'époque d'une opération "séduction" des autorités marocaines pour obtenir le marché du TGV!

Mille euro. Le gouvernement s'apprête à limiter les paiements en liquide! Au nom de la lutte contre la fraude. Aujourd'hui, en France, on peut effectuer un achat en liquide jusqu'à 3 mille euros. Bientôt (c'est une annonce du gouvernement, hier-) la limite sera fixée à mille euros seulement. Je dis "seulement" mais ça n'arrive pas tous les jours, quand même. Pour les non-résidents français, la limite passera de 15 à 10 mille euros.3 milliards. Les très bons résultats de l'Oréal, publiés hier soir. Bénéfices en hausse de presque 18%, l'année dernière, à 2,9 milliards Pour la première fois depuis la création du groupe, les ventes dans les pays émergents dépassent celles réalisées en Europe et aux Etats-Unis.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.